Page d'accueil > Propos du porte-parole du MAE
Conférence de presse du 18 mai 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian
2020/05/18

CCTV : Les Ministres de la Santé de la Chine, du Japon et de la République de Corée ont tenu une visioconférence spéciale sur le COVID-19 le 15 mai.

Zhao Lijian : Vendredi dernier au soir, la Chine, le Japon et la République de Corée ont tenu une visioconférence spéciale des Ministres de la Santé sur la réponse au COVID-19, à l'issue de laquelle une déclaration commune a été adoptée. Il s'agit d'un nouveau partage d'expériences entre les trois pays après la visioconférence spéciale des Ministres des Affaires étrangères en mars, le Sommet spécial avec l'ASEAN sur le COVID-19 et la réunion spéciale avec les Ministres de la Santé de l'ASEAN sur le COVID-19 en avril.

La Chine a informé les deux autres pays de ses dernières mesures et de ses expériences de lutte contre l'épidémie, et a fait une proposition en trois points sur la coopération future : premièrement, soutenir le rôle de premier plan de l'OMS dans la lutte contre l'épidémie ; deuxièmement, renforcer la coopération internationale en matière de prévention et de contrôle synergiques de l'épidémie ; troisièmement, travailler de concert pour aider les pays aux systèmes de santé fragiles à améliorer leurs capacités à faire face à l'épidémie. La Chine appelle tous les pays à continuer de travailler ensemble dans la lutte contre l'épidémie, à défendre conjointement la sécurité sanitaire régionale et mondiale, et à soutenir la construction d'une communauté de santé pour l'humanité. Les représentants du Japon et de la République de Corée ont exposé la situation épidémique dans leurs pays, et les mesures adoptées pour y faire face, en affirmant leur volonté de continuer à soutenir le rôle de premier plan de l'OMS dans la lutte mondiale contre le COVID-19 et celle des différentes parties de renforcer la solidarité et la coordination mondiales dans la lutte contre l'épidémie.

En tant que bons voisins, la Chine, le Japon et la République de Corée constituent une communauté de destin partageant heurs et malheurs face à la pandémie. Depuis l'éclatement du COVID-19, les trois pays se sont prêté soutien et assistance. La Chine entend continuer de travailler avec le Japon et la République de Corée pour rester en communication étroite, partager leurs expériences et coordonner les mesures de lutte contre l'épidémie afin de remporter la victoire finale contre la pandémie et contribuer à la sécurité sanitaire régionale et mondiale.

The Australian : Plus de 100 des quelque 190 États membres de l'OMS se sont prononcés pour une enquête indépendante sur le COVID-19. Répartis sur tous les continents dans le monde, ces pays comprennent la Russie, le Japon, l'Inde, l'UE, le Brésil, l'Australie et presque tous les pays d'Afrique. La Chine soutiendra-t-elle les discussions sur cette question lors de l'Assemblée mondiale de la Santé qui aura lieu bientôt ?

Zhao Lijian : Ce que vous avez dit n'est pas exact. L'Union européenne a récemment soumis un projet de résolution sur le COVID-19 à la 73e Assemblée mondiale de la Santé, sur lequel toutes les parties sont parvenues à un consensus. Concernant l'origine du virus, les parties sont convenues, en se référant aux recommandations du Comité d'urgence du Règlement sanitaire international, de demander au Directeur général de l'OMS de travailler en étroite collaboration avec l'Organisation mondiale de la santé animale (OIE), la FAO et les différents pays pour identifier la source animale du virus, sa voie de transmission à l'homme et aux éventuels hôtes intermédiaires, dans le but de réduire les risques d'événements similaires à l'avenir. Cela démontre un esprit scientifique et professionnel. En ce qui concerne l'évaluation de la réponse de l'OMS à l'épidémie de COVID-19, la résolution demande au Directeur général, après consultations avec les États membres, d'engager progressivement et au moment opportun un processus d'évaluation impartiale, indépendante et complète pour examiner les expériences acquises et les enseignements tirés de la réponse internationale coordonnée par l'OMS à l'épidémie de COVID-19, et proposer des suggestions pour les travaux futurs. Il s'agit d'une pratique habituelle de l'OMS après une pandémie. Pour la communauté internationale, ce qui vient d'être mentionné est le plus grand terrain d'entente possible sur la question concernée. Au cours des consultations sur la résolution, l'écrasante majorité des pays a estimé que la pandémie n'est pas encore passée, que l'urgence est de coopérer dans la lutte contre le COVID-19, et que les conditions ne sont pas encore réunies pour lancer immédiatement l'examen et le traçage du virus.

Nous espérons que toutes les parties se concentreront, lors de la présente Assemblée, dans un esprit scientifique et coopératif, sur des discussions constructives sur le renforcement de la coopération internationale sur la santé publique et l'amélioration du système sanitaire public international.

Question supplémentaire : Vous avez dit que toutes les parties étaient parvenues à un consensus sur le texte du projet de résolution. Vous aviez affirmé plus tôt lors d'une conférence de presse que le soutien australien à une enquête indépendante était politiquement motivé. La Chine a-t-elle changé de position ?

Zhao Lijian : Notre position est constante.

Je voudrais ajouter quelques points supplémentaires. L'UE avait soumis un projet de résolution sur le COVID-19 à l'Assemblée mondiale de la Santé de cette année, et les différentes parties sont parvenues à un consensus sur le contenu du projet de résolution après des discussions approfondies. La Chine, avec les autres pays, a participé activement aux consultations sur le projet et s'est jointe au consensus sur le texte actuel.

Dans le contexte de la propagation de l'épidémie à travers le monde, l'adoption de cette résolution vise à aider l'OMS à jouer un rôle de premier plan et à concentrer les efforts sur la coopération internationale dans la lutte contre l'épidémie. Le texte du projet actuel de résolution appelle les États membres à prendre les mesures nécessaires pour prévenir la discrimination et la stigmatisation, lutter contre les informations fausses et erronées, renforcer la coopération dans le développement d'outils de diagnostic, de méthodes de traitement, de médicaments et de vaccins, trouver les sources animales du virus, et évaluer en temps opportun les travaux de l'OMS concernant l'épidémie. Tout cela est conforme à la position de la Chine. Une fois la résolution adoptée, vous pouvez lire attentivement le texte. L'adoption de toute résolution est le résultat des efforts conjoints des États membres et le texte ne doit pas être interprété de manière unilatérale.

Le contenu du texte est totalement différent de l'« enquête indépendante » dont vous avez parlé.

Beijing Youth Daily : Le 14 mai, les Instituts chinois de relations internationales contemporaines (CICIR), le Centre Carter des États-Unis et l'Institut sud-africain des Affaires internationales ont organisé conjointement un séminaire vidéo pour étudier les perspectives de la coopération trilatérale contre le COVID-19 entre la Chine, les États-Unis et l'Afrique. Quel est le commentaire du Ministère chinois des Affaires étrangères à ce sujet ?

Zhao Lijian : Les discussions des groupes de réflexion en Chine, aux États-Unis et en Afrique sont utiles. Les virus ne connaissent ni frontières ni races, et sont l'ennemi commun de l'humanité. La solidarité et la coopération sont l'arme la plus puissante permettant à la communauté internationale de vaincre l'épidémie. L'Afrique fait face à une situation épidémique sérieuse en ce moment. Le renforcement de la coopération entre la Chine, les États-Unis et l'Afrique peut jouer un rôle important pour que les pays africains puissent vaincre l'épidémie. La Chine adopte une position positive à ce sujet.

Associated Press of Pakistan : Nous avons noté que le Président Xi Jinping a adressé une lettre de réponse aux étudiants pakistanais de l'Université des Sciences et Technologies de Beijing. Avez-vous plus d'informations à présenter ?

Zhao Lijian : Merci pour votre question. Le 17 mai, le Président Xi Jinping a adressé une lettre de réponse à tous les étudiants pakistanais de l'Université des Sciences et Technologies de Beijing. Nous avons publié un communiqué de presse à ce sujet, et je suis prêt à donner des informations à ce sujet.

Dans sa lettre de réponse, le Président Xi a déclaré ce qui suit : « J'ai le plaisir d'apprendre que, depuis vos études en Chine, vous avez acquis de riches connaissances, et que vous vous êtes aussi fait beaucoup d'amis chinois. Comme vous pouvez le constater, après la survenue de l'épidémie de COVID-19, le gouvernement et les écoles chinois se sont toujours préoccupés de la vie et de la santé des étudiants étrangers en Chine et leur ont fourni une aide sur tous les plans. La vie est au-dessus de tout, qu'il s'agisse des habitants chinois ou des ressortissants étrangers en Chine. Le gouvernement et le peuple chinois y attachent une importance égale, et leur accordent les mêmes soins ».

Le Président Xi Jinping a aussi dit dans sa lettre : « J'ai appris que bon nombre d'étudiants étrangers en Chine, lors de la lutte chinoise contre le COVID-19, ont adressé des encouragements au peuple chinois de différentes manières. C'est dans l'adversité que l'on connaît ses véritables amis, dit un vieil adage chinois. La Chine continuera de fournir aide et assistance à tous les étudiants étrangers en Chine. La Chine souhaite la bienvenue aux jeunes venant de différents pays du monde pour étudier et se perfectionner en Chine. Nous espérons qu'ils pourront mieux connaître la Chine, faire connaître à plus de gens ce qu'ils voient en Chine et multiplier les échanges avec les jeunes Chinois, afin de promouvoir la communion d'esprit entre les différents peuples et de contribuer à la construction d'une communauté de destin pour l'humanité ».

South China Morning Post : Selon des médias israéliens, la Chine enverra des personnes en Israël pour enquêter sur la mort de l'ambassadeur Du Wei. Pouvez-vous confirmer cela ?

Zhao Lijian : L'ambassadeur de Chine en Israël Du Wei est décédé le 17 mai à Tel Aviv. Selon un jugement préliminaire, il est décédé pour des raisons de santé. Les détails restent à confirmer. Nous exprimons nos plus sincères condoléances pour le triste décès de l'ambassadeur Du Wei et notre sincère sympathie à sa famille. Le Ministère des Affaires étrangères fait de son mieux pour bien régler les affaires consécutives au drame.

China Daily : Selon des reportages, le Président afghan Ashraf Ghani a signé un accord politique avec l'ancien chef de l'exécutif Abdullah Abdullah le 17 mai, qui dirigera le Haut Conseil de la réconciliation nationale avec son équipe rejoignant le cabinet, mettant fin à l'instabilité apparue depuis l'annonce du résultat de l'élection présidentielle. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : Compte tenu des intérêts du pays et de la nation, les dirigeants afghans ont signé un accord politique après avoir dégagé un consensus par voie de consultation. C'est une chance pour le pays et la nation afghane. En tant que voisin et ami, la Chine en félicite l'Afghanistan. Nous espérons que toutes les parties en Afghanistan pourront, en saisissant cette occasion, agir dans le même sens pour lancer dans les meilleurs délais les pourparlers au sein de l'Afghanistan et faire avancer le processus de paix et de réconciliation, « conduit par les Afghans et pour les Afghans », dans l'objectif d'atteindre la stabilité, la paix, la solidarité et le développement du pays. La Chine continuera de jouer un rôle constructif à cette fin.

The Paper : Selon des reportages, le Premier Ministre australien Scott Morrison a récemment déclaré que l'Australie et la Chine avaient tracé des limites très claires sur les choses qui sont très importantes, disant que l'Australie respectait les limites chinoises, et espérant également que les limites australiennes soient respectées concernant les investissements à l'étranger, les technologies et les droits de l'homme. Selon lui, aucun Australien ne veut que le gouvernement australien fasse des compromis sur ces choses importantes, car il ne faut jamais transiger avec ces choses. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : La Chine développe toujours des relations de coopération et d'amitié avec les autres pays sur la base du respect mutuel et du traitement sur un pied d'égalité. La Chine n'a jamais recherché de gains égoïstes. Nous défendons la recherche d'un terrain d'entente par-delà les divergences, et la coopération gagnant-gagnant. Dans le même temps, notre détermination à sauvegarder la sécurité de la souveraineté nationale et les intérêts de développement est inébranlable. Nous espérons que la partie australienne mettra réellement en œuvre la déclaration du « respect des limites de la partie chinoise », tiendra compte vraiment de ses intérêts et créera une ambiance favorable à la coopération pragmatique entre les deux pays avec des actions concrètes permettant d'améliorer les relations bilatérales et d'approfondir la confiance mutuelle entre les deux pays.

Reuters : Hier, le Ministre australien du Commerce Simon Birmingham a déclaré dans une interview télévisée qu'il avait souhaité des discussions sur les questions commerciales avec son homologue chinois, mais que ses appels n'ont pas été pris en compte par la partie chinoise. Pouvez-vous confirmer cela ? La Chine souhaite-t-elle entrer en contacts officiels avec l'Australie sur les problèmes commerciaux survenus récemment ?

Zhao Lijian : Si le Ministre australien du Commerce souhaite contacter la partie chinoise, il devrait le faire par la voie diplomatique.

Concernant les récents problèmes commerciaux, le Ministère chinois du Commerce a donné une réponse la semaine dernière et j'ai également répondu à des questions à ce sujet lors d'une conférence de presse de notre Ministère. Je voudrais à nouveau souligner qu'il s'agit d'une enquête normale sur les mesures de sauvegarde commerciale et que la Chine travaille à faire avancer l'enquête conformément à la loi et aux règles de l'OMC. Je vous invite à vous renseigner auprès des départements compétents pour plus de détails.

The Australian : Je suis allé dans le Shandong il y a quatre jours et j'ai eu des échanges avec des hommes d'affaires là-bas, qui m'ont dit que les consommateurs chinois aimaient les produits australiens. Les hommes d'affaires chinois craignent que le gouvernement chinois ne crée des obstacles à l'exportation de marchandises australiennes vers la Chine pour des raisons politiques. Un homme d'affaires m'a dit qu'il importait maintenant du vin rouge chilien, pas du vin australien, parce qu'il s'inquiétait des problèmes avec les douanes chinoises. Quel est votre commentaire à ce sujet ?

Zhao Lijian : Comme nous l'avons dit à maintes reprises, la Chine adopte une position constante et claire concernant le développement de ses relations avec l'Australie. Une relation solide et stable entre la Chine et l'Australie est dans l'intérêt commun des deux pays, or cela exige des efforts conjoints des deux parties. Nous espérons que la partie australienne travaillera avec la Chine pour défendre réellement le principe du respect mutuel, de l'égalité et des avantages réciproques, et contribuera davantage à la confiance mutuelle, à la coopération bilatérale et au partenariat stratégique global Chine-Australie.

Reuters : Le Secrétaire d'État américain Pompeo a déclaré hier qu'il estimait que la Chine menaçait d'intervenir dans le travail des correspondants américains à Hong Kong, et il a averti que toute décision portant atteinte à l'autonomie de Hong Kong pourrait affecter l'évaluation américaine du statut de Hong Kong. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : Depuis un certain temps, la partie américaine, en s'accrochant à la mentalité de la guerre froide et aux préjugés idéologiques, renforce sans arrêt sa répression contre des médias chinois, demandant aux bureaux de médias chinois aux États-Unis de s'inscrire comme « agents étrangers », de se faire gérer comme « missions étrangères », avec l'expulsion de 60 journalistes chinois sous forme déguisée. Maintenant, la partie américaine a décidé de réduire la durée de visas des correspondants chinois aux États-Unis à une période de moins de 90 jours. Ces mauvaises actions américaines ont gravement perturbé les activités de reportage des médias chinois aux États-Unis et entravé les échanges socioculturels normaux entre les deux pays. Nous en exprimons notre vif mécontentement et nous nous y opposons fermement.

Nous avons dit à plusieurs reprises que les États-Unis étaient à l'origine de la situation actuelle et devaient en porter la responsabilité. Les États-Unis doivent immédiatement corriger leurs erreurs et mettre fin à leur répression politique contre les médias chinois. Si les États-Unis sont décidés à aller jusqu'au bout envers et contre tout et à commettre erreur sur erreur, la Chine prendra des contre-mesures avec une ferme détermination.

Nous avons dit à maintes reprises que les affaires de Hong Kong sont incontestablement les affaires internes de la Chine, et qu'aucun gouvernement, organisation ou individu étranger n'a le droit d'y intervenir.

CNN : Le Secrétaire d'État américain Pompeo a déclaré hier dans une émission que si le gouvernement américain était toujours persuadé que l'épidémie provenait de Wuhan, il ne savait pas exactement d'où venait le virus. Cela dit, il pense toujours que la Chine n'est pas suffisamment ouverte et transparente et que les États-Unis continueront de prendre des contre-mesures face à la réponse du gouvernement chinois. Quel est votre commentaire à ce sujet ?

Zhao Lijian : Depuis un certain temps, ce politicien américain répand sans discontinuer toutes sortes de mensonges. C'est une perte de temps pour tout le monde de répondre à ses mensonges.

Suggest To A Friend:   
Print