Page d'accueil > Propos du porte-parole du MAE
Conférence de presse du 2 juillet 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian
2020/07/02

Comme convenu par les deux parties, la 9e Conférence ministérielle du Forum sur la coopération sino-arabe se tiendra par liaison vidéo le 6 juillet. Le Conseiller d’État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi et le Ministre jordanien des Affaires étrangères et des Expatriés Ayman Safadi coprésideront la réunion.

CCTV : À propos de la 9e Conférence ministérielle du Forum sur la coopération sino-arabe, pouvez-vous nous donner plus de détails ? Qu’attendent les deux parties de cet événement organisé dans un contexte particulier de la pandémie de COVID-19 ?

Zhao Lijian : La 9e Conférence ministérielle du Forum sur la coopération sino-arabe sera coprésidée par le Conseiller d’État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi et le Ministre jordanien des Affaires étrangères et des Expatriés Ayman Safadi. Les chefs de diplomatie des pays de la Ligue des États arabes et le Secrétaire général de la Ligue des États arabes, Ahmed Aboul Gheit, participeront à la réunion.

La Chine attache une grande importance au développement du partenariat stratégique sino-arabe. Les deux parties sont de bons partenaires aux échanges mutuellement avantageux et de bons frères partageant heurs et malheurs. Face à la survenue de l’épidémie de COVID-19, nous luttons côte à côte avec solidarité et entraide. Les relations entre les deux parties se sont approfondies et élevées dans ce processus. Alors que la pandémie continue de sévir dans le monde, la convocation de cette réunion enverra des messages favorables à la consolidation du consensus sur la solidarité et la coopération entre la Chine et le monde arabe, à la préservation du multilatéralisme, au soutien mutuel sur les questions touchant aux intérêts fondamentaux et aux préoccupations majeures, et permettra aux deux parties de travailler de concert pour construire une communauté de destin sino-arabe orientée vers la nouvelle ère. La Chine est prête à travailler avec d’autres participants pour le plein succès de cette Conférence ministérielle.

Phoenix TV : Premièrement, le gouvernement britannique a déclaré qu’il avait commencé à réviser certaines des pistes permettant aux détenteurs de passeports britanniques d’outre-mer (passeports BNO) de demander la citoyenneté britannique. Comment la Chine réagit-elle à ce sujet ? Deuxièmement, la Chambre des Représentants des États-Unis a adopté le « projet de loi sur l’autonomie de Hong Kong ». La Présidente Nancy Pelosi a déclaré que la « Loi sur la sécurité nationale à Hong Kong » a été conçue pour démanteler les libertés démocratiques à Hong Kong et signifiait la fin de la pratique d’« un pays, deux systèmes ». Quelle est la réponse de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : Sur votre première question, tous nos compatriotes résidant à Hong Kong, y compris ceux qui détiennent le passeport britannique d’outre-mer, sont des citoyens chinois. Avant le retour de Hong Kong à la souveraineté chinoise, la partie britannique s’est engagée explicitement à ne pas accorder le droit de séjour au Royaume-Uni aux citoyens chinois de Hong Kong qui détiennent des documents de voyage BNO. La partie britannique, au mépris de la position solennelle de la Chine, cherche maintenant un changement de politique qui offrira la possibilité à certains individus de séjourner au Royaume-Uni et de demander la citoyenneté du pays. Il s’agit d’une grave violation de son propre engagement et d’une grave violation du droit international et des normes fondamentales régissant les relations internationales. La Chine condamne fermement cet acte et se réserve le droit de nouvelles réactions, dont toutes les conséquences seront supportées par la partie britannique. Nous réitérons que les affaires de Hong Kong sont les affaires intérieures de la Chine, qui ne permettent aucune ingérence étrangère. Le gouvernement chinois est fermement déterminé à sauvegarder la souveraineté nationale du pays, sa sécurité et ses intérêts de développement.

Quant à votre deuxième question, la Chine exprime son vif mécontentement et sa ferme opposition au fait que le Congrès américain s’obstine à faire avancer l’examen du projet de loi négatif relatif à Hong Kong.

Nous avons déclaré à plusieurs reprises notre position solennelle sur la « Loi sur la sécurité nationale à Hong Kong », qui a été adoptée et promulguée par le Comité permanent de l’APN. La Loi fournit une solide garantie institutionnelle et juridique pour la sauvegarde de la souveraineté de la Chine, sa sécurité et ses intérêts de développement, le maintien de la prospérité et de la stabilité durables de Hong Kong et la mise en œuvre régulière et durable du principe « un pays, deux systèmes », ce qui a été approuvé et soutenu par tout le peuple chinois, y compris nos compatriotes de Hong Kong.

Les questions liées à Hong Kong, y compris la législation sur la sécurité nationale, sont des affaires intérieures de la Chine dans lesquelles aucun pays étranger n’a le droit d’intervenir. Quelle que soit la façon dont les forces extérieures tentent de faire pression, elles ne peuvent ébranler la résolution et la volonté de la Chine de sauvegarder sa souveraineté et sa sécurité, et de maintenir la stabilité et la prospérité de Hong Kong. Les tentatives américaines de contrecarrer la mise en œuvre de cette loi sont vouées à l’échec.

Nous exhortons la partie américaine à bien appréhender la situation, à respecter le droit international et les normes fondamentales régissant les relations internationales, à cesser de s’immiscer dans les affaires de Hong Kong sous une forme ou une autre, à cesser de pousser l’examen du projet de résolution négatif relatif à Hong Kong, encore moins de le promulguer ou de le mettre en œuvre. Sinon, la Chine répondra par de fortes contre-mesures et les États-Unis en supporteront toutes les conséquences.

Aux États-Unis, certains individus, nourris de coupables desseins, font tout ce qu’ils peuvent pour fomenter, créer et attiser un soi-disant « beau spectacle ». Nous leur conseillons de garder ce « beau spectacle » pour eux-mêmes.

CNR : Le 1er juillet, le Conseil de Sécurité a adopté une résolution sur l’épidémie de COVID-19, soutenant l’appel à un cessez-le-feu mondial proposé par le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, et appelant à une assistance humanitaire renforcée. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : La Chine salue l’adoption à l’unanimité de la résolution sur l’épidémie de COVID-19 par le Conseil de Sécurité et l’a votée. La résolution invite à soutenir l’appel du Secrétaire général des Nations Unies à un cessez-le-feu dans le monde, et donne la direction à suivre pour l’aide humanitaire, la lutte anti-terroriste et les efforts de maintien de la paix dans le contexte de la pandémie. L’adoption de cette résolution reflète le consensus des membres du Conseil de Sécurité et des États membres des Nations Unies sur le renforcement du rôle des Nations Unies et de ses institutions spécialisées et la solidarité dans la lutte contre la pandémie. Elle démontre le pouvoir d’action et le leadership du Conseil de Sécurité. C’est une réalisation importante du Conseil de Sécurité et de l’ONU et une victoire pour le multilatéralisme.

Le Conseil de Sécurité est le principal responsable du maintien de la paix et de la sécurité internationales. En ce moment critique de la lutte mondiale contre le COVID-19, il a la responsabilité et l’obligation d’agir, dans les limites de ses attributions. Nous sommes heureux de voir que le Conseil de Sécurité a adopté cette résolution en surmontant les multiples obstacles dressés par un certain pays.

La Chine appelle toutes les parties à concrétiser l’idée d’une communauté de destin pour l’humanité et à promouvoir le multilatéralisme. Nous devons travailler en solidarité et en coordination pour lutter contre la pandémie, défendre les buts et principes de la Charte des Nations Unies et préserver le système international centré sur l’ONU. La Chine est prête à travailler avec les différentes parties pour mettre en application la résolution du Conseil de Sécurité sur le COVID-19 et soutenir le Conseil de Sécurité dans la poursuite de son rôle positif, conformément à son mandat.

Global Times : Le Secrétaire d’État américain Pompeo a affirmé dans une récente déclaration que la mise en œuvre par le PCC de la « Loi sur la sécurité nationale à Hong Kong » avait violé les droits de l’homme et les libertés fondamentales des Hongkongais, qu’elle transformait la politique « un pays, deux systèmes » en « un pays, un système unique », et que cela démontrait une fois de plus que les engagements du gouvernement chinois envers la Déclaration conjointe sino-britannique de 1984 étaient des mots vides. Comment la Chine réagit-elle à ce sujet ?

Zhao Lijian : Les mensonges et les rumeurs faits chaque jour par M. Pompeo ne démontrent que son ignorance et ses préjugés.

Tout d’abord, son ignorance de la « Loi sur la sécurité nationale à Hong Kong ». Faire un grand tapage autour des droits de l’homme montre que la partie américaine fait passer le noir pour le blanc. La « Loi sur la sécurité nationale à Hong Kong » stipule clairement qu’il faut respecter et protéger les droits de l’homme, et qu’il faut protéger, conformément à la loi, les droits et les libertés dont jouissent les habitants de la Région administrative spéciale de Hong Kong selon la Loi fondamentale, le « Pacte international relatif aux droits civils et politiques » et le « Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels », qui s’appliquent aux règlements concernés de Hong Kong. La « Loi sur la sécurité nationale à Hong Kong » protège l’écrasante majorité des gens en punissant seulement un très petit nombre de criminels. Après la mise en application de cette Loi, Hong Kong connaîtra un ordre social plus stable et un meilleur environnement d’affaires. La majorité des habitants de Hong Kong et des investisseurs étrangers en bénéficieront.

Deuxièmement, son ignorance du principe « un pays, deux systèmes ». Le gouvernement chinois est déterminé à mettre en œuvre la politique « un pays, deux systèmes », une politique fondamentale de l’État. L’adoption de la « Loi sur la sécurité nationale à Hong Kong » ne vise pas à changer du principe « un pays, deux systèmes », mais à améliorer ce principe et à mieux agir selon ce principe, et à assurer sa mise en œuvre fidèle, régulière et durable.

Troisièmement, son ignorance de la Déclaration conjointe sino-britannique. Après le retour de Hong Kong à la souveraineté chinoise, toutes les dispositions concernant la partie britannique stipulées dans la Déclaration conjointe ont été remplies. Les politiques et principes de base concernant Hong Kong énoncés par la Chine dans la Déclaration conjointe sont une déclaration de politique de la Chine, mais pas un engagement envers le Royaume-Uni, et elles n’ont certainement rien à voir avec les États-Unis.

Quatrièmement, son ignorance du droit international et des normes fondamentales régissant les relations internationales. Le respect de la souveraineté nationale et la non-ingérence dans les affaires intérieures constituent les buts et principes de la Charte des Nations Unies. La promulgation par la Chine d’une loi visant à protéger la sécurité nationale dans une région administrative locale de la Chine est une affaire purement intérieure de la Chine. A quel titre les États-Unis font-ils des remarques déplacées à ce sujet ?

M. Pompeo et ses semblables créent tant d’histoires sur la « Loi sur la sécurité nationale à Hong Kong », parce qu’ils ne seront plus en mesure de compromettre la souveraineté et la sécurité de la Chine sans aucun scrupule en agissant comme bon leur semble, comme avant. La « Loi sur la sécurité nationale à Hong Kong » sert de « porte blindée » pour Hong Kong. Nous sommes convaincus que cela permettra de ramener Hong Kong sur la bonne voie de développement et l’aidera à retrouver sa réputation de « Perle de l’Orient ».

NBC : La Chine est-elle préoccupée par l’impact de la « Loi sur la sécurité nationale à Hong Kong » sur ses relations avec d’autres pays, en particulier les États-Unis ?

Zhao Lijian : On se rend compte d’un seul coup d’œil de ce qui est le plus important, entre la sécurité nationale et les relations bilatérales.

La « Loi sur la sécurité nationale à Hong Kong » prend pleinement en considération les besoins réalistes de sauvegarde de la sécurité nationale et les conditions spécifiques de la Région administrative spéciale de Hong Kong et établit des dispositions systémiques et complètes concernant le système juridique et des mécanismes d’application aux niveaux national et de la Région administrative spéciale de Hong Kong. Elle préserve l’ordre constitutionnel de Hong Kong défini par la Constitution et la Loi fondamentale et démontre les exigences inhérentes au principe « un pays, deux systèmes ». La « Loi sur la sécurité nationale à Hong Kong » s’applique à quatre catégories d’actes criminels qui portent gravement atteinte à la sécurité nationale. Elle ciblera les criminels, au nombre très restreint, et protégera la grande majorité des habitants de Hong Kong. Sa mise en œuvre renforcera le cadre juridique de Hong Kong, stabilisera l’ordre social, améliorera l’environnement d’affaires et profitera aux habitants de Hong Kong et aux investisseurs internationaux. Nous avons toute confiance dans l’avenir radieux de Hong Kong.

Personne et rien ne pourra ébranler la résolution et la volonté du gouvernement et du peuple chinois de sauvegarder la souveraineté et la sécurité nationales et de maintenir la prospérité et la stabilité de Hong Kong. Toute tentative visant à saper la souveraineté, la sécurité et les intérêts de développement de la Chine est vouée à l’échec.

ITN & BBC : L’ambassade de Chine au Royaume-Uni a déclaré que la Chine serait prête à prendre des mesures correspondantes si le Royaume-Uni introduisait des modifications aux règles du passeport BNO. Quelles mesures correspondantes la Chine prendrait-elle ? Pouvez-vous nous donner quelques exemples ?

Zhao Lijian : J’ai exposé très clairement la position de la Chine tout à l’heure.

Beijing Youth Daily : Le Conseil électoral national du Venezuela a récemment annoncé que les élections législatives à l’Assemblée nationale se tiendraient le 6 décembre. Le « Président par intérim » autoproclamé Guaido affirme qu’il boycottera les élections. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : La Chine estime que la décision de tenir les élections de l’Assemblée nationale comme prévu au Venezuela doit être respectée et soutenue, car elle contribuera à faire entendre l’opinion publique et à rétablir l’ordre normal dans le pays. La Chine soutient toujours le gouvernement et l’opposition du Venezuela pour résoudre les divergences par le dialogue et les consultations conformément à la Constitution et dans le cadre juridique. Nous espérons que la communauté internationale pourra jouer un rôle constructif à cet égard.

Shenzhen TV : Alors que l’UE a récemment critiqué, au Conseil des droits de l’homme des Nations Unies, la situation des droits de l’homme dans le Xinjiang, 46 pays ont exprimé, dans une intervention commune, leur soutien à la position et aux mesures de la Chine sur le Xinjiang, leur appréciation pour les réalisations remarquables de la Chine dans le domaine des droits de l’homme, et leur opposition à la politisation des questions des droits de l’homme. La Chine a-t-elle un commentaire à faire à ce sujet ?

Zhao Lijian : Depuis l’année dernière, en réponse au grand tapage de différents pays sur les questions liées au Xinjiang dans des enceintes multilatérales relatives aux droits de l’homme, les pays amis et les pays en développement font entendre leur voix à de nombreuses reprises pour exprimer leur appréciation pour les réalisations de la Chine en matière de lutte contre le terrorisme et de déradicalisation dans le Xinjiang, l’adoption par la Chine d’une série de mesures pour protéger les droits de l’homme des différentes ethnies du Xinjiang conformément à la loi, ainsi que leur opposition à toute ingérence dans les affaires intérieures de la Chine sous le prétexte des questions relatives aux droits de l’homme. Lors de la dernière session du Conseil des droits de l’homme, 46 pays ont réaffirmé, par une majorité écrasante et sous forme d’intervention commune, leur soutien à la politique chinoise à l’égard du Xinjiang. La tentative de certains pays occidentaux de salir la Chine a échoué à nouveau.

Je dois souligner que les questions liées au Xinjiang ne concernent pas les droits de l’homme, l’ethnie ou la religion, comme le prétendent certaines forces, mais la lutte contre la violence, le terrorisme et le séparatisme. Confronté à de graves problèmes de violence et de terrorisme, le gouvernement chinois a pris une série de mesures antiterroristes et de déradicalisation dans le Xinjiang pour lutter contre ces activités et prévenir leur récurrence, en s’attaquant à la fois aux manifestations et à leurs racines. Les mesures prises par la Chine ont été très fructueuses. Il n’y a eu aucun cas de terrorisme violent au Xinjiang pendant trois années consécutives, et le droit à la vie, à la santé et au développement des habitants de toutes les ethnies au Xinjiang a été effectivement protégé. La communauté internationale reconnaît que la Chine a apporté une contribution positive à l’œuvre des droits de l’homme et à la lutte contre le terrorisme dans le monde.

La Chine est déterminée à travailler avec toutes les parties pour promouvoir le respect des buts et des principes de la Charte des Nations Unies par les mécanismes multilatéraux des droits de l’homme, traiter les questions relatives aux droits de l’homme de manière objective, équitable et non sélective, et promouvoir un développement sain des droits de l’homme sur le plan international par le dialogue et la coopération constructifs. Nous nous opposons à l’ingérence dans les affaires intérieures d’autres pays sous le prétexte des questions relatives aux droits de l’homme, nous exhortons les pays concernés à changer de comportement, à abandonner la politisation et la pratique du « deux poids deux mesures », et à cesser de s’ingérer dans les affaires intérieures d’autres pays au nom des droits de l’homme.

Agence de presse Xinhua : Le référendum national russe sur les amendements constitutionnels a pris fin le 1er juillet au soir. La Commission électorale centrale a compté tous les votes, et 77,92% sont favorables aux amendements. La Chine a-t-elle un commentaire à faire à ce sujet ?

Zhao Lijian : Le référendum national sur les amendements constitutionnels, un événement majeur du calendrier politique russe, s’est déroulé sans à-coups. Les résultats publiés par la Commission électorale centrale reflètent le choix du peuple russe. En tant que voisin et ami de la Russie et partenaire stratégique global de coordination dans la nouvelle ère, la Chine respectera toujours la voie du développement choisie par le peuple russe en toute indépendance et soutiendra les efforts de la Russie pour réaliser une stabilité durable et promouvoir le développement socio-économique.

Nous sommes prêts à travailler avec la Russie pour bien mettre en œuvre le consensus dégagé par les deux Chefs d’État, approfondir la coordination stratégique globale et la coopération mutuellement avantageuse dans différents domaines, et apporter plus d’avantages aux deux peuples.

BBC : Une question sur le Royaume-Uni, Hong Kong et les passeports BNO. Vous avez dit que le Royaume-Uni avait violé ses promesses faites dans un mémorandum. Pouvez-vous nous dire de quel mémorandum il s’agit ?

Zhao Lijian : Dans les années 1980, la Chine et le Royaume-Uni ont échangé un mémorandum sur les questions concernées, dans lequel la partie britannique s’est engagée explicitement à ne pas accorder le droit de résidence aux détenteurs de documents de voyage BNO. Vous pouvez le consulter.

BBC : Savez-vous quelque chose sur le cas de l’homme de 24 ans qui a été emmené de l’aéroport de Hong Kong aujourd’hui ? Il aurait été impliqué dans une attaque contre un policier.

Zhao Lijian : Je n’en ai pas entendu parler.

BBC : Le gouvernement australien a déclaré aujourd’hui qu’il prévoyait officiellement une forme d’offre aux citoyens de Hong Kong pour obtenir l’« asile » ou quelque chose du genre. Le projet exact n’a pas encore été finalisé, mais le Premier Ministre australien a déclaré qu’effectivement il envisageait cela. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : Nous avons pris note des reportages concernés. Nous recommandons à la partie australienne de considérer la « Loi sur la sécurité nationale à Hong Kong » de manière juste et objective, de cesser de s’immiscer dans les affaires intérieures de la Chine au nom des questions liées à Hong Kong et de s’abstenir d’aller plus loin sur la mauvaise voie.

AFP : Selon des reportages, des diplomates américains et leurs familles n’ont pas pu retourner en Chine, car Washington et Beijing n’ont pas pu s’entendre sur les procédures de test et de quarantaine pour ces diplomates et leurs familles. Quels sont donc les derniers développements de ces négociations ?

Zhao Lijian : La Chine et les États-Unis sont en communication étroite sur le retour des diplomates américains en Chine. Après des consultations bilatérales, nous avons déjà aidé les États-Unis à prévoir un vol charter pour faire revenir des diplomates américains.

Alors que la pandémie de COVID-19 continue de se propager dans le monde, la Chine fait toujours face à la pression des cas importés. Nos mesures de quarantaine s’appliquent également à toutes les missions diplomatiques étrangères en Chine. Nous travaillons avec les diplomates étrangers accrédités en Chine pour préserver les progrès gagnés au prix de grands efforts, et nous nous efforcerons de créer des conditions favorables à leur travail et à leur vie en Chine.

BBC : Le Barreau de Hong Kong a déclaré aujourd’hui dans un communiqué qu’il était gravement préoccupé par la « Loi sur la sécurité nationale à Hong Kong » et la manière dont elle a été introduite. Il a dit par exemple qu’il n’y avait eu aucune consultation sérieuse, que les avocats, les juges, les policiers et les habitants de Hong Kong n’avaient eu aucune possibilité, avant son entrée en vigueur, de connaître le contenu de la nouvelle Loi, y compris les crimes graves qu’elle cible. Le gouvernement chinois a-t-il des commentaires à faire à ce sujet ?

Zhao Lijian : Ces remarques n’ont aucun fondement. Le Comité permanent de l’APN, lors de l’élaboration de la Loi, a sollicité les avis de différents secteurs, en particulier des milieux concernés de la Région administrative spéciale de Hong Kong, y compris les opinions du Chef de l’exécutif et d’autres officiels, du Président du Conseil législatif, des députés de l’APN et de la CCPPC élus par Hong Kong, et des représentants des milieux juridique, commercial, financier, éducatif, technologique, culturel, religieux, des jeunes, des travailleurs, ainsi que des organisations sociales et des groupements régionaux.

Le Comité permanent de l’APN et les départements concernés ont organisé 12 causeries à Hong Kong ces derniers temps. Près de trois millions d’habitants de Hong Kong ont signé pour soutenir la promulgation de la Loi. Une campagne de signature en ligne contre les ingérences extérieures a recueilli le soutien de 1,5 million de personnes, ce qui en dit long sur l’aspiration de la population. La déclaration du Barreaux alléguant l’absence de consultations sérieuses est absolument infondée.

***

Comme vous l’avez peut-être remarqué, aujourd’hui, à Lanting, la climatisation est moins soutenue et l’éclairage est légèrement atténué, et il y a des clips vidéo et des affiches électroniques relatifs à l’économie d’énergie, que vous pouvez voir sur l’écran à l’entrée de notre salle. Ces dispositions spéciales entrent dans le cadre de la participation de notre Ministère à la Semaine nationale de l’économie d’énergie.

Il s’agit de la 30e Semaine nationale de l’économie d’énergie sous le thème « Montagnes vertes et eau claire : économie d’énergie et augmentation de l’efficacité ». Aujourd’hui est la Journée nationale de la réduction des émissions de carbone, consacrée au thème « Actions à faible émission de carbone pour une société d’aisance moyenne sur tous les plans ». Promouvoir la conservation de l’énergie et un mode de vie vert et sensibiliser le public sur ce front sont des étapes importantes vers la réalisation d’un développement sobre en carbone, l’avancement de la conservation écologique et la construction d’une belle Chine.

Dans notre Ministère, nous poursuivons notre tradition de mener les actions diplomatiques en suivant les principes de diligence et d’économie, tout en favorisant et en pratiquant le nouveau concept de développement innovant, coordonné, vert, ouvert et partagé. Nous travaillons à promouvoir l’idée de bureaux à faible émission de carbone pour contribuer à économiser l’énergie et à réduire les émissions. Un bon environnement écologique est la base fondamentale du développement de la civilisation humaine, et construire un monde vert est l’idéal commun des peuples de tous les pays. Nous espérons que vous vous joindrez à nous dans cet effort. Commençons par des gestes quotidiens pour économiser de l’énergie et réduire notre empreinte carbone. Prenons soin de notre foyer, la Terre, et assurons son développement durable.

Suggest To A Friend:   
Print