Page d'accueil > Propos du porte-parole du MAE
Conférence de presse du 7 juillet 2020 tenue par le Porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian
2020/07/07

CRI : La neuvième Conférence ministérielle du Forum sur la coopération sino-arabe s'est tenue hier avec succès par liaison vidéo. Alors que la lutte mondiale contre le Covid-19 et la reprise économique affrontent toujours de graves défis, la Chine et les Etats arabes sont également confrontés à une pression extérieure importante. Quelle est la considération de la Chine à travers la tenue de cette réunion dans ce contexte ? Quels résultats ont été obtenus pour promouvoir la coopération pragmatique sino-arabe ?

Zhao Lijian : La neuvième Conférence ministérielle du Forum sur la coopération sino-arabe s'est tenue par liaison vidéo hier soir. Le Président Xi Jinping a envoyé une lettre de félicitations à la réunion. Le Conseiller d'Etat et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi et le Ministre jordanien des Affaires étrangères et des Expatriés Ayman Safadi ont coprésidé la réunion et prononcé les discours inauguraux et de conclusion. Le Secrétaire général de la Ligue arabe et les Ministres des Affaires étrangères des 21 Etats membres de la Ligue arabe ont tous prononcé des discours lors de la réunion.

Il n'était pas facile de tenir cette réunion. Alors que le Covid-19 sévit dans le monde, l'avenir de l'humanité et le destin de tous les pays n'ont jamais été aussi étroitement liés. La pandémie a touché la Chine et tous les Etats arabes et de nombreuses réunions institutionnelles entre les Etats arabes ont dû être annulées ou reportées. Malgré tout cela, les deux parties ont fait des efforts conjoints pour surmonter les difficultés et tenir cette réunion comme prévu. Cette réunion revêt une signification importante, car elle reflète la détermination de la Chine et des Etats arabes à lutter contre le Covid-19 et à faire progresser ensemble le partenariat stratégique sino-arabe.

Après discussions, trois documents finaux ont été produits, à savoir la Déclaration commune de la Chine et des Etats arabes sur la solidarité contre le Covid-19, la Déclaration d'Amman de la neuvième Conférence ministérielle du Forum sur la coopération sino-arabe, et le Plan d'action pour 2020-2022 du Forum sur la coopération sino-arabe.

A travers la Déclaration commune de la Chine et des Etats arabes sur la solidarité contre le Covid-19, la Chine et les Etats arabes ont rassemblé des forces collectives pour lutter contre la pandémie et surmonter ensemble les difficultés. Les deux parties ont souligné que la solidarité et la coopération étaient l'arme la plus puissante pour la communauté internationale afin de vaincre la pandémie. Elles ont appelé à la construction d'une communauté de destin et d'une communauté de santé entre la Chine et les Etats arabes dans la lutte conjointe contre le Covid-19. Les deux parties ont souligné l'importance du multilatéralisme, la nécessité de renforcer et d'améliorer davantage le système de gouvernance mondiale centré sur les Nations unies, de soutenir le rôle leader de l'OMS, et d'appeler la communauté internationale à renforcer la coordination et à créer des synergies, et à lutter contre la discrimination contre tout pays, région, ethnie ou individu. La Chine est prête à continuer d'aider les Etats arabes à lutter contre la pandémie.

L'adoption de la Déclaration d'Amman démontre la volonté politique de la Chine et des Etats arabes de se soutenir mutuellement et de partager heurs et malheurs. L'initiative de « construire conjointement une communauté de destin sino-arabe pour une nouvelle ère » proposée par le Président Xi Jinping lors de la dernière Conférence ministérielle est devenue un consensus bilatéral. Les deux parties sont convenues de tenir un sommet sino-arabe à un moment opportun et d'inscrire le thème de la construction d'une communauté de destin sino-arabe à l'ordre du jour du sommet.

Les Etats arabes ont souligné qu'ils soutenaient la position de la Chine sur les questions liées à Hong Kong, ainsi que les efforts de la Chine visant à préserver la sécurité nationale dans le cadre du principe d'« un pays, deux systèmes » et qu'ils s'opposaient à l'ingérence étrangère dans les affaires intérieures de la Chine. Ils soutiennent la souveraineté et l'intégrité territoriale de la Chine, adhèrent au principe d'une seule Chine et s'opposent à l'« indépendance de Taïwan » sous toutes ses formes. Ils soutiennent les mesures de lutte préventive contre le terrorisme et les efforts de déradicalisation de la Chine. Ils s'opposent aux activités séparatistes anti-Chine menées par les forces extrémistes, séparatistes et terroristes.

A travers le plan d'action pour 2020-2022, la Chine et les Etats arabes ont tracé la voie à suivre pour la coopération pragmatique et le développement commun futurs. Les deux parties ont conclu 107 mesures de coopération dans 20 domaines, dont la politique, l'économie, l'énergie, la capacité de production, la science, la technologie et la santé.

Agence de presse Xinhua : Selon des reportages, le Représentant permanent de la Chine auprès des Nations unies, l'Ambassadeur Zhang Jun, a récemment déposé l'instrument d'adhésion de la Chine au Traité sur le commerce des armes (TCA) auprès du Secrétaire général des Nations unies, António Guterres. Pourriez-vous commenter cela ?

Zhao Lijian : Le 6 juillet, l'Ambassadeur Zhang Jun, Représentant permanent de la Chine auprès des Nations unies, a déposé l'instrument d'adhésion de la Chine au Traité sur le commerce des armes (TCA) auprès du Secrétaire général des Nations unies, António Guterres. Le dépôt de l'instrument d'adhésion marque l'accomplissement de toutes les procédures juridiques d'adhésion de la Chine au traité. Le traité entrera en vigueur pour la Chine 90 jours après le dépôt, le 6 juillet, de l'instrument d'adhésion.

L'adhésion au TCA est une étape importante dans la participation active de la Chine à la gouvernance mondiale du commerce des armes afin de sauvegarder la paix et la stabilité internationales et régionales. Elle illustre la détermination et la sincérité de la Chine à soutenir le multilatéralisme, à maintenir le régime international de contrôle des armements et à forger une communauté de destin pour l'humanité.

En tant que pays participant au commerce régulier d'armes, la Chine réglemente toujours strictement l'exportation d'articles militaires et a mis en place un système politique et juridique complet de contrôle des exportations, avec des politiques et des mesures de gestion remplissant, voire, dans certains domaines, dépassant les exigences du TCA. Il convient de souligner que la Chine n'autorise que les exportations vers des Etats souverains, et non des acteurs non étatiques. Cela démontre pleinement notre sens élevé des responsabilités. La Chine appelle toutes les parties à réglementer strictement l'exportation d'articles militaires, à interdire l'exportation à des acteurs non étatiques, à cesser de s'immiscer dans les affaires intérieures d'Etats souverains par le biais d'exportations d'armes et à défendre sérieusement les buts et principes de la Charte des Nations unies.

En tant qu'Etat partie au TCA, la Chine est prête à renforcer la communication et la coopération avec tous les pays pour renforcer l'efficacité et l'universalité du traité et améliorer la gouvernance mondiale du commerce des armes.

Associated Press of Pakistan : Le Premier ministre pakistanais Imran Khan a déclaré dans une interview que le Couloir économique sino-pakistanais amènera le Pakistan sur la voie de développement rapide, car l'avenir de l'économie pakistanaise est étroitement lié au Couloir économique sino-pakistanais. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : La Chine apprécie les propos du Premier ministre Imran Khan. En tant que programme pilote important dans le cadre de « la Ceinture et la Route », le Couloir économique sino-pakistanais suit toujours le principe dit de « concertation, synergie et partage » et œuvre à promouvoir le développement commun de la Chine et du Pakistan. Des progrès importants ont été accomplis dans la construction du Couloir économique sino-pakistanais au cours des six dernières années, ce qui a contribué de manière significative au développement socioéconomique du Pakistan, au bien-être de sa population et à l'interconnexion régionale. La Chine soutient fermement la construction du Couloir économique sino-pakistanais et se tient prête à travailler avec le Pakistan pour mettre pleinement en œuvre le consensus atteint par les dirigeants des deux pays, se concentrer sur la coopération en matière de développement social, de bien-être de la population, d'industrie et d'agriculture tout en poursuivant la construction d'infrastructures dans le but de faire du Couloir économique sino-pakistanais un programme témoin pour le développement de haute qualité de « la Ceinture et la Route » et apporter plus d'avantages aux deux peuples.

Reuters : Premièrement, l'OMS a déclaré qu'elle enverrait une équipe d'experts en Chine cette semaine pour enquêter sur l'origine du nouveau coronavirus. Pourriez-vous fournir des détails sur la visite de cette équipe, comme la date de son départ pour la Chine et son programme en Chine ? Deuxièmement, les autorités de l'immigration aux Etats-Unis ont annoncé un changement dans la politique de visas étudiants pour le prochain semestre universitaire, déclarant que les étudiants inscrits dans des écoles entièrement en ligne ne pourront pas rester aux Etats-Unis. Quel est le commentaire de la Chine à ce propos ?

Zhao Lijian : Concernant votre première question, la Chine estime que l'identification de l'origine du virus est une question scientifique qui devrait être étudiée par les scientifiques et les professionnels de la santé. La Chine et l'OMS maintiennent une communication et une coopération étroites sur l'identification de la source depuis la survenue du Covid-19, et des scientifiques chinois en ont également discuté avec des scientifiques d'autres pays. La Chine continuera d'aider les scientifiques de tous les pays à mener des recherches mondiales sur l'origine et les voies de transmission du coronavirus. Quant à la question spécifique qui vous intéresse, je n'ai pas d'informations à publier pour le moment.

Concernant votre deuxième question, la Chine suit de près l'évolution de la politique américaine. Nous ferons de notre mieux pour protéger les droits et intérêts légitimes des étudiants chinois aux Etats-Unis.

Australian Broadcasting Corporation : Selon des reportages, dans une alerte aux voyageurs actualisée, le Ministère australien des Affaires étrangères et du Commerce met en garde les citoyens contre le risque de détention arbitraire sur la partie continentale de la Chine. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : Je n'ai pas lu les reportages des médias à ce sujet. Je peux vous dire qu'en principe, le gouvernement chinois protège toujours la sécurité et les droits et intérêts légitimes des ressortissants étrangers en Chine. Il n'y a aucun besoin de s'inquiéter tant qu'ils respectent les lois et règlements. J'espère que la partie concernée fera preuve d'objectivité et d'impartialité et contribuera de son mieux à renforcer les relations sino-australiennes.

BBC : L'Office of Communications du Royaume-Uni (Ofcom) a conclu que CGTN avait enfreint les exigences en matière de licence en raison de la diffusion de confessions de Peter Humphrey. L'Ofcom a dit qu'il y aurait une sanction contre CGTN, mais n'a pas encore annoncé quelle serait cette sanction. Quelle est votre réponse à cela ?

Zhao Lijian : Nous sommes préoccupés par la décision concernée prise par l'Ofcom. Ce n'est pas la première fois que l'Ofcom prend une mauvaise décision contre les médias chinois. Nous nous opposons fermement à sa pratique consistant à créer des obstacles aux activités de reportage normales des médias chinois au Royaume-Uni.

S'agissant de l'affaire Peter Humphrey, je tiens à réitérer que la Chine est un Etat de droit. Les organes judiciaires chinois traitent les affaires conformément à la loi et protègent ainsi les droits légitimes des étrangers en Chine. Peter Humphrey a avoué ses crimes et a fait preuve de repentir tout en purgeant sa peine et a été libéré le 9 juin 2015.

Nous exhortons à nouveau l'organisme britannique concerné à annuler sa décision erronée et à fournir un soutien et des commodités aux médias chinois au Royaume-Uni, plutôt que de faire le contraire.

Beijing Daily : Selon des reportages, la Chine, le Japon et la République de Corée ont récemment tenu une visioconférence d'experts sur le Covid-19. Pourriez-vous nous donner des détails ? Quels sont les résultats de la réunion ?

Zhao Lijian : Sous la coordination du Secrétariat de la coopération trilatérale Chine-Japon-République de Corée et de la Commission économique et sociale des Nations unies pour l'Asie et le Pacifique, la Chine, le Japon et la République de Corée ont organisé une visioconférence d'experts sur le Covid-19 le 2 juillet. La Commission nationale de la Santé a publié des informations à ce sujet.

Lors de la réunion, des experts de la Chine, du Japon, de la République de Corée et de l'OMS dans la Région du Pacifique occidental ont partagé des informations et échangé leurs expériences sur les derniers développements et les mesures de contrôle du Covid-19. Ils ont également discuté de l'impact de Covid-19 sur les activités sociales et économiques et les systèmes de santé, de l'importance des tests précoces et des efforts supplémentaires pour renforcer la communication technique.

La Chine, le Japon et la République de Corée se soutiennent et s'entraident depuis l'irruption de Covid-19. A la lumière du concept de communauté de destin pour l'humanité, la Chine continuera de maintenir une communication étroite avec le Japon et la République de Corée pour renforcer le partage et les échanges d'informations sur le Covid-19, préserver conjointement la sécurité de la santé publique régionale et remporter la victoire finale contre le virus.

AFP : L'application chinoise TikTok a annoncé hier qu'elle allait arrêter ses activités à Hong Kong en raison de la nouvelle loi sur la sécurité nationale. Dans le même temps, le Secrétaire d'Etat Mike Pompeo a déclaré que les Etats-Unis envisageaient d'interdire certaines applications de médias sociaux chinois. Quel est votre commentaire à ce sujet ?

Zhao Lijian : Comme la Chine l'a déclaré à maintes reprises, la Loi sur la préservation de la sécurité nationale dans la RAS de Hong Kong vise quatre catégories d'actes criminels qui mettent gravement en péril la sécurité nationale ; elle protège la grande majorité tout en ne punissant que quelques personnes. La loi n'affectera en aucune façon les droits et intérêts légitimes dont jouissent les résidents de Hong Kong, les institutions et les personnels étrangers dans la RAS de Hong Kong. Sa mise en œuvre permettra à Hong Kong de bénéficier d'un système juridique plus complet, d'un ordre social plus stable et d'un climat d'affaires plus performant, et contribuera à la prospérité et à la stabilité de Hong Kong.

Nous espérons que les parties concernées pourront voir d'une manière impartiale, objective et rationnelle le droit légitime de la Chine à préserver sa souveraineté et sa sécurité, faire preuve de prudence dans leurs paroles et leurs actes sur les questions liées à Hong Kong et s'abstenir de créer de manière sélective des obstacles ou même de politiser ces questions.

AFP : Si les utilisateurs étrangers publient des messages prônant l'« indépendance de Hong Kong » sur Facebook, Twitter ou d'autres médias sociaux, la Chine demandera-t-elle aux plateformes concernées de retirer ces messages, en vertu de la nouvelle loi sur la sécurité nationale ?

Zhao Lijian : Je ne réponds pas aux questions hypothétiques.

BBC : Facebook, Twitter, WhatsApp, Zoom et d'autres disent qu'ils ne fourniront pas d'informations sur les données des utilisateurs aux autorités de Hong Kong en raison de la nouvelle loi sur la sécurité nationale. Sont-ils en infraction avec la loi en ne coopérant pas avec les autorités de Hong Kong ? Quelle est la réponse de la Chine aux annonces de ces sociétés ? Quel sera l'impact de la loi sur la sécurité nationale sur Hong Kong ?

Zhao Lijian : Je me souviens de ce que Deng Xiaoping a noté en 1982 quand il a rencontré Margaret Thatcher : après le retour de Hong Kong au sein de la mère patrie, « les chevaux continueront de courir, les actions s'échangeront toujours et les danseurs continueront de danser » à Hong Kong. Nous avons toutes les raisons de penser que, avec la mise en œuvre de la loi sur la sécurité nationale, le fondement du principe d'« un pays, deux systèmes » sera davantage consolidé ; les intérêts fondamentaux et le bien-être des résidents de Hong Kong seront mieux protégés ; il y aura une stabilité et une harmonie sociales plus grandes ; et « les chevaux courront plus vite, les actions s'échangeront davantage et les danseurs danseront plus joyeusement ». Nous avons pleinement confiance en l'avenir de Hong Kong.

Quant à votre question, je crois que le temps nous donnera la réponse.

BBC : Le Secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo a déclaré que le retrait, par les autorités de Hong Kong, de certains livres des bibliothèques de Hong Kong était une décision orwellienne. Quel est le commentaire de la Chine à ce propos ?

Zhao Lijian : J'ai réfuté plusieurs fois les commentaires de ce politicien la semaine dernière. Je ne veux plus perdre notre temps avec lui aujourd'hui.

BBC : Une question sur les passeports britanniques d'outre-mer. Le gouvernement britannique a déclaré qu'il pourrait y avoir une voie vers la citoyenneté pour les détenteurs d'un passeport britannique d'outre-mer, et l'Ambassade de Chine au Royaume-Uni a répondu à cela. Quel est votre commentaire à ce sujet ?

Zhao Lijian : L'Ambassade de Chine au Royaume-Uni y a répondu en détail. J'ai également exposé la position de la Chine à ce sujet la semaine dernière.

Selon les médias, plus de trois millions de citoyens chinois sont titulaires d'un passeport britannique d'outre-mer ou peuvent demander un passeport britannique d'outre-mer. Il serait sage que le gouvernement britannique réfléchisse bien avant d'accueillir toutes ces personnes au Royaume-Uni et de leur accorder les mêmes avantages que ceux dont bénéficient les citoyens britanniques, tels que les opportunités d'emploi, les soins médicaux et l'aide sociale. Avant de prendre la décision finale, le gouvernement britannique ferait mieux de solliciter les opinions de son peuple et de comprendre sa réaction.

Suggest To A Friend:   
Print