Page d'accueil > Propos du porte-parole du MAE
Conférence de presse du 8 juillet 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian
2020/07/08

The Paper : L'OMS a annoncé que des experts seraient envoyés en Chine pour travailler en coopération avec des experts chinois sur une planification scientifique pour retracer l'origine du nouveau coronavirus. La Chine a-t-elle un commentaire à faire à ce sujet ?

Zhao Lijian : Le traçage de l'origine du virus est une question scientifique sérieuse et complexe qui devrait être étudiée par des scientifiques et des experts médicaux. Comme l'a souligné le Président Xi Jinping dans son discours prononcé lors de la cérémonie d'ouverture de la 73e Assemblée mondiale de la Santé (AMS), la Chine continuera de soutenir la recherche faite par des scientifiques des différents pays sur la source et les voies de transmission du nouveau coronavirus. La Chine a coparrainé la résolution de l'AMS sur le COVID-19 et soutient la coopération dirigée par l'OMS et menée par les États membres sur la source zoonotique du virus.

Depuis la survenue du COVID-19, l'OMS et la Chine maintiennent la communication et la coopération. L'OMS a déjà déclaré dans un communiqué que des experts de l'Organisation se rendraient en Chine pour travailler avec leurs homologues chinois afin de préparer un plan scientifique pour identifier la source zoonotique du nouveau coronavirus. Les experts développeront la portée et le mandat d'une mission internationale du groupe international d'experts dirigés par l'OMS. Dans le passé, les épidémies infectieuses dans plusieurs pays ont montré que l'identification d'une nouvelle maladie virale est très compliquée. La planification et la mise en œuvre de multiples recherches scientifiques permettront de mieux connaître les hôtes zoologiques du virus et ses voies de transmission. L'identification du virus est un processus en développement qui peut donner lieu à de nouvelles recherches scientifiques internationales et à une collaboration mondiale. Michael Ryan, directeur exécutif du Programme de l'OMS de gestion des situations d'urgence sanitaire, a déclaré que l'identification de l'origine du virus était très complexe et qu'il fallait rester ouvert aux multiples possibilités relatives à l'origine du virus au fur et à mesure de l'avancement du processus.

Après consultation entre les deux parties, le gouvernement chinois a accepté que l'OMS envoie des experts à Beijing pour échanger des opinions avec des scientifiques et des experts médicaux chinois sur la coopération scientifique pour retracer l'origine du nouveau coronavirus. Nous partageons un consensus fondamental avec l'OMS, à savoir que le traçage de l'origine du virus est une question scientifique qui devrait être étudiée par les scientifiques grâce à la recherche et à la coopération internationales à travers le monde. L'OMS estime également qu'il s'agit d'un processus en développement qui concerne probablement de nombreux pays et régions du monde. L'OMS effectuera des missions d'études similaires dans d'autres pays et régions en fonction des besoins.

CCTV : Le Secrétaire d'État américain Mike Pompeo a récemment annoncé des restrictions de visa à l'encontre du gouvernement et de certains officiels chinois en vertu de la loi sur l'accès réciproque au Tibet. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : La Chine s'oppose fermement aux mesures américaines concernées. En réponse à l'acte erroné des États-Unis, la Chine a décidé d'imposer des restrictions en matière de visas aux individus américains qui ont eu des agissements pervers sur les questions liées au Tibet. Nous exhortons la partie américaine à cesser immédiatement de s'immiscer dans les affaires intérieures de la Chine avec le Tibet comme prétexte, et à s'abstenir d'aller de plus en plus loin sur la mauvaise voie, pour éviter que cela ne nuise davantage aux relations sino-américaines ainsi qu'aux échanges et à la coopération entre les deux pays.

Concernant la soi-disant loi américaine sur l'accès réciproque au Tibet, la Chine a clairement exposé sa position solennelle à plusieurs reprises. Les affaires liées au Tibet sont des affaires intérieures purement chinoises qui ne permettent aucune ingérence étrangère. La Chine poursuit la politique d'ouverture et le Tibet est ouvert à tous sans avoir jamais imposé de restrictions à l'entrée des étrangers. Le Tibet accueille chaque année un grand nombre de voyageurs étrangers et de personnes de divers secteurs. Selon des statistiques incomplètes, de 2015 à 2018, près de 176 000 étrangers se sont rendus au Tibet pour des visites officielles, du tourisme et des voyages d'affaires, dont environ 175 000 touristes, près de 500 diplomates et 343 journalistes. L'année dernière, le nombre de voyageurs au Tibet, chinois et étrangers, a dépassé le cap des 40 millions. L'ambassadeur américain en Chine, Terry Branstad, s'est également rendu au Tibet l'année dernière et s'est entretenu avec plusieurs départements du gouvernement de la Région autonome du Tibet, ce qui a été couvert par les médias. Cela montre pleinement qu'il n'y a aucun problème pour l'entrée des étrangers au Tibet.

Je tiens à souligner que, compte tenu des conditions géographiques et climatiques particulières de la région, il est tout à fait nécessaire et incontestable que le gouvernement chinois prenne des mesures légales pour gérer et protéger l'entrée des étrangers au Tibet. Nous accueillerons davantage d'étrangers pour des visites, des voyages et des activités commerciales au Tibet, en Chine. Cette politique ne changera pas, mais à condition de respecter les lois chinoises et les réglementations concernées, et de remplir les formalités nécessaires.

Phoenix TV : Le Sous-Secrétaire d'État américain et représentant spécial pour la Corée du Nord, Stephen Biegun, est arrivé aujourd'hui en République de Corée et a rencontré la Ministre des Affaires étrangères Kang Kyung-wha. Mais le Ministère des Affaires étrangères de la RPDC a déclaré hier que la RPDC n'avait pas l'intention de reprendre le dialogue avec les États-Unis et refusait les bons offices de la République de Corée. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ? Quel rôle la Chine va-t-elle jouer encore sur cette question ?

Zhao Lijian : En ce qui concerne la situation dans la péninsule coréenne, je tiens à réitérer que la RPDC et les États-Unis sont les principales parties liées à la question de la péninsule coréenne, et que les États-Unis détiennent la clé pour sortir de l'impasse. Comme nous l'avons souligné à plusieurs reprises, il faut, pour résoudre la question de la péninsule coréenne, non seulement par des paroles, mais aussi et surtout par des actes. La partie américaine devrait faire preuve de sincérité et prendre des mesures concrètes pour répondre aux préoccupations légitimes et raisonnables de la RPDC. La Chine est prête à continuer de jouer un rôle constructif dans le règlement politique de la question de la péninsule coréenne.

China Daily : Le 5 juillet, heure locale, l'élection présidentielle s'est tenue en République dominicaine. Selon les résultats préliminaires publiés par la Commission électorale centrale, le candidat de l'opposition, le Parti révolutionnaire moderne (PRM), Luis Abinader, a été élu Président. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : La Chine félicite sincèrement M. Luis Abinader pour son élection à la présidence de la République dominicaine. Nous avons la certitude que, sous sa direction, la République dominicaine accomplira de nouveaux progrès dans le développement national.

L'établissement des relations diplomatiques entre la Chine et la République dominicaine le 1er mai 2018 a inauguré un nouveau chapitre dans leurs relations bilatérales. Depuis les deux dernières années, la Chine et la République dominicaine ont connu un développement rapide de leurs relations bilatérales, fondées sur le respect mutuel, l'égalité, la confiance mutuelle, la coopération gagnant-gagnant et le développement partagé. Notre coopération pragmatique a donné des résultats fructueux qui profitent aux deux pays et aux deux peuples. La Chine attache une grande importance à ses relations avec la République dominicaine. Nous sommes prêts à travailler avec la République dominicaine pour maintenir l'élan favorable du développement des relations bilatérales, renforcer la confiance mutuelle et approfondir la coopération afin de porter les relations sino-dominicaines toujours à de nouveaux paliers.

CNN : Mardi, le directeur du FBI, Christopher Wray, a déclaré que la Chine représentait la plus grande menace à long terme pour les informations, la propriété intellectuelle et l'économie américaines. Selon lui, près de la moitié des cas sur lesquels le FBI enquête sont liés à la Chine ; l'opération « Chasse aux renards » menée par la Chine est une campagne illégitime qui menace certains Chinois aux États-Unis. Comment la Chine réagit-elle à cela ?

Zhao Lijian : Pensez-vous que vous pouvez faire confiance aux déclarations du FBI ?!

Je regrette que la politique étrangère américaine soit manipulée et prise en otage par des forces anti-chinoises, y compris des responsables du FBI comme Wray. Vous avez mentionné des exemples de ce qui s'est passé aux États-Unis, et j'ai remarqué que Wray a déclaré sans ambages que le FBI ouvrait un nouveau dossier concernant la Chine toutes les dix heures. Qu'il ne suppose pas que les services de sécurité chinois ne sont pas à la hauteur de leur nom !

Les propos de certains responsables américains, au mépris des faits fondamentaux, sont pleins de mensonges politiques, ce qui révèle leur état d'esprit profondément enraciné dans la guerre froide et leurs préjugés idéologiques. La Chine s'y oppose résolument. Je tiens à souligner que certains politiciens américains ont fait des accusations infondées contre la Chine maintes et maintes fois ces derniers temps, et font du tapage autour de la « menace chinoise » dans le but de détourner le regard du monde et de dissimuler leurs propres problèmes. Cependant, leur tentative, percée à jour par le monde entier, est vouée à l'échec.

En réponse aux remarques américaines sur l'opération chinoise « Chasse aux renards », je tiens à souligner que la lutte contre la criminalité transfrontalière fait partie d'un large consensus de la communauté internationale. L'opération chinoise « Chasse aux renards » à l'étranger vise à rapatrier les fugitifs et à préserver la dignité de la loi et la justice sociale. Ces dernières années, bon nombre de pays ont mené une coopération avec la Chine sur ce front afin d'appliquer la loi. Avec une telle prise de position, ce responsable américain espère-t-il que son pays deviendra un refuge paradisiaque pour les criminels ?

Nous exhortons certains responsables américains à rectifier immédiatement les erreurs, à cesser de faire des remarques erronées sur la Chine, à cesser de préparer jour après jour des mensonges politiques et à cesser de saper la confiance et la coopération entre les deux pays.

Shenzhen TV : Le premier webinaire de l'OCS sur la lutte contre le COVID-19 s'est tenu avec succès hier. Pouvez-vous nous donner plus de détails à ce sujet ?

Zhao Lijian : Comme nous le savons, le webinaire sur le thème « Soutien mutuel pour le bien-être partagé » a été retransmis dans le monde entier en ligne et hors ligne. Les experts de plusieurs institutions médicales chinoises ont eu des discussions approfondies sur le traitement clinique du COVID-19 avec plus de 200 collègues de près de 40 institutions médicales des pays membres et des observateurs, ainsi que des partenaires du dialogue de l'OCS. Dans les prochaines semaines, d'autres webinaires sur le COVID-19 auront lieu qui, selon nous, aideront les personnels médicaux de tous les pays participants à acquérir plus de compétences professionnelles et à sauver plus de vies.

Dans son allocution d'ouverture, le Secrétaire général de l'OCS, Vladimir Norov, a hautement salué la lutte menée par la Chine contre l'épidémie de COVID-19 et les efforts déployés dans la coopération internationale en tant que grand pays responsable. Zheng Wei, Secrétaire générale de la Commission de bon voisinage, d'amitié et de coopération de l'OCS, a déclaré que les États de l'OCS, guidés par l'esprit de Shanghai, ont contribué à la coopération mondiale contre l'épidémie par des actions concrètes et qu'à la prochaine étape, la Chine intensifierait sa coordination avec les autres pays dans le but de contribuer davantage à la sécurité sanitaire publique régionale et mondiale.

TASS : Les Ministres de la Défense des États-Unis, du Japon et de l'Australie ont tenu une réunion le 7 juillet. Ils ont réaffirmé leur opposition aux actions déstabilisatrices chinoises en Mer de Chine orientale et en Mer de Chine méridionale, tout en insistant sur l'importance de préserver la liberté de navigation et de survol dans la région. En outre, ils ont exprimé leurs préoccupations concernant l'imposition par la Chine de la Loi sur la sécurité nationale à Hong Kong. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : Grâce aux efforts conjugués de tous les pays de la région, la situation globale en Mer de Chine orientale et en Mer de Chine méridionale est stable et tend à s'améliorer. Dans de telles circonstances, certains pays non régionaux, pour leurs propres intérêts, font constamment du tapage autour des questions liées à la Mer de Chine orientale et à la Mer de Chine méridionale, et envoient même massivement des navires et des avions militaires sophistiqués dans les eaux concernées, dans le but de promouvoir la militarisation et menacer la paix et la stabilité de la région. La Chine s'y oppose fermement. Nous exhortons ces pays à bien reconnaître la tendance générale du développement régional et à respecter les efforts des pays régionaux visant à maintenir la paix et la stabilité dans les zones maritimes concernées.

Concernant les préoccupations exprimées lors de la réunion trilatérale des Ministres de la Défense concernant la Loi sur la sécurité nationale à Hong Kong, la Chine a exposé à plusieurs reprises sa position solennelle sur la Loi. Cette question est une affaire intérieure de la Chine qui ne permet aucune ingérence étrangère.

Global Times : Le 7 juillet, le porte-parole du Département d'État américain a déclaré que le Président Trump avait officiellement informé le Secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, qu'il avait lancé le processus de retrait américain de l'OMS. Le porte-parole du Secrétaire général a confirmé la nouvelle le même jour. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : Ceci est un autre exemple de la poursuite de l'unilatéralisme par les États-Unis et de leur retrait de traités et d'organisations.

En tant qu'organisation internationale faisant le plus autorité et la plus professionnelle pour la sécurité sanitaire publique mondiale, l'OMS joue un rôle central et irremplaçable dans la coordination des efforts mondiaux contre le COVID-19. La lutte internationale contre l'épidémie se trouve désormais à un stade crucial, la communauté internationale est d'avis général que soutenir l'OMS, c'est soutenir la coopération internationale anti-épidémique et sauver des vies. Le retrait américain va saper la lutte internationale contre le virus et aura des répercussions particulièrement graves sur les pays en développement qui ont un besoin urgent de soutien international. Nous exhortons les États-Unis à s'acquitter de leurs responsabilités et obligations internationales et à se comporter comme un grand pays responsable. La Chine appelle la communauté internationale à consolider davantage le consensus sur le multilatéralisme, à accroître le soutien et les apports financiers à l'OMS pour protéger conjointement la sécurité sanitaire publique mondiale.

TASS : Hier, la Russie et la Chine ont opposé leur veto au projet de résolution du Conseil de Sécurité des Nations Unies proposé par l'Allemagne et la Belgique sur une extension de la résolution d'assistance transfrontalière à la Syrie. La Chine a-t-elle des commentaires à faire à ce sujet ?

Zhao Lijian : La Chine et la Russie ont opposé leur veto au projet de résolution concerné. L'ambassadeur Zhang Jun de la mission permanente de la Chine auprès de l'ONU a exposé la position de la Chine dans sa déclaration explicative au Conseil de Sécurité des Nations Unies.

La Chine attache une grande importance à la situation humanitaire en Syrie. Depuis de nombreuses années, nous avons fourni une grande quantité d'aide humanitaire à la Syrie dans la mesure de nos capacités. La Chine estime que l'aide humanitaire à la Syrie devrait se faire sur la base du plein respect de la souveraineté, de l'indépendance, de l'unité et de l'intégrité territoriale de la Syrie, et en écoutant pleinement les avis du gouvernement syrien. La Chine encourage toutes les parties concernées à œuvrer pour une promotion de l'assistance humanitaire transfrontière à la Syrie et à apporter les ajustements nécessaires au mécanisme existant. Toutes les parties devraient renforcer le dialogue et la confiance, répondre activement à l'initiative de cessez-le-feu dans le monde du Secrétaire général des Nations Unies et déployer des efforts pour un règlement politique de la question syrienne.

PTI : Pouvez-vous nous donner plus de détails sur la visite en Chine du groupe d'experts de l'OMS ? Quels sont les endroits qu'il visitera ? Se rendra-t-il à Wuhan ?

Zhao Lijian : Concernant votre question spécifique, je n'ai pas d'informations à publier pour le moment. Je vous conseille d'y prêter attention. Nous publierons les informations en temps opportun.

Bloomberg : Le Président américain Donald Trump a déclaré qu'il envisageait d'interdire TikTok aux États-Unis. Certains responsables américains ont déclaré que les applications concernées fournissaient toujours des données sur les utilisateurs au gouvernement chinois. La Chine a-t-elle des commentaires à faire à ce sujet ?

Zhao Lijian : Les propos de certains politiciens américains ne sont que des calomnies infondées. Le gouvernement chinois demande toujours aux entreprises chinoises de mener la coopération économique internationale en respectant les lois et règlements. Selon la logique de la partie américaine, n'est-il pas vrai que les sociétés de réseaux sociaux américains qui ont un nombre énorme d'utilisateurs dans le monde constituent une grave menace pour la sécurité de tous les autres pays du monde ? Elles devront faire l'objet d'une supervision et d'une évaluation de la communauté internationale.

Nous exhortons certains individus aux États-Unis à changer leur état d'esprit, à abandonner les préjugés, à cesser de mesurer les autres à leur aune, à cesser de réprimer les entreprises chinoises en utilisant le pouvoir de l'État, et à faire davantage de choses favorables aux relations sino-américaines.

Suggest To A Friend:   
Print