Page d'accueil > Propos du porte-parole du MAE
Conférence de presse du 24 novembre 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian
2020/11/24

The Paper : Aux premières heures de ce matin, la Chine a lancé avec succès la sonde Chang'e-5 de son projet d'exploration lunaire par une fusée porteuse Longue Marche-5 Yaowu depuis le site de lancement spatial de Wenchang, marquant le lancement du premier voyage aller-retour du pays pour récupérer des échantillons d'un corps céleste extraterrestre. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

Zhao Lijian : Les images de Chang'e-5 éclairant le ciel nocturne sont impressionnantes, et les vidéos avec le vrombissement du lancement sont encore plus frappantes. Tout cela est vraiment émouvant et exaltant. Nous espérons, et nous en avons la conviction, que Chang'e-5 reviendra sain et sauf en apportant à tous les salutations de la lune.

Il n'y a pas de limite à l'exploration de l'univers par l'humanité, et l'exploration et l'utilisation pacifiques de l'espace extra-atmosphérique sont une cause commune de toute l'humanité, qui doivent servir le bien-être de cette dernière. La Chine s'engage depuis toujours dans l'exploration et l'utilisation pacifiques de l'espace, et est disposée à continuer de travailler main dans la main avec les autres pays pour contribuer davantage à l'exploration et à l'utilisation pacifiques de l'espace et à la promotion de la construction d'une communauté d'avenir partagé pour l'humanité.

NHK : Le Conseiller d'État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi a entamé aujourd'hui sa visite au Japon. Au vu de la situation actuelle de l'épidémie, quel est l'objectif de la visite de M. Wang ? Quels sont les résultats que la Chine attend d'obtenir de cette visite ?

Zhao Lijian : J'ai présenté la semaine dernière les informations relatives à la visite au Japon du Conseiller d'État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi.

Actuellement, les relations entre la Chine et le Japon continuent de se développer de façon régulière. La Chine est disposée à travailler de concert avec le Japon, par le biais de cette visite, pour mettre en œuvre le consensus important atteint par nos dirigeants, renforcer la communication stratégique de haut niveau, approfondir la coopération dans la lutte contre l'épidémie et la reprise des activités économiques, et intensifier la coordination entre les deux parties sur les dossiers régionaux et internationaux, afin de promouvoir le développement sain et régulier des relations sino-japonaises. Au cours de la visite, le Conseiller d'État Wang Yi s'entretiendra avec le Ministre japonais des Affaires étrangères Toshimitsu Motegi, et rencontrera des hommes politiques japonais. Nous publierons les informations concrètes de cette visite en temps utile.

Beijing Youth Daily : Le gouvernement provincial du Guizhou a tenu hier une conférence de presse, annonçant que les 66 districts répertoriés au niveau national comme districts pauvres de la province étaient tous sortis de la pauvreté, ce qui a attiré une grande attention des différentes parties en Chine et à l'étranger. Comment le processus de sortie et de réduction de la pauvreté de la Chine contribue-t-il à la cause mondiale de la réduction de la pauvreté ?

Zhao Lijian : Le fait que tous les districts pauvres de la province du Guizhou sont sortis de la pauvreté revêt une signification majeure, car cela signifie que les 832 districts pauvres dans tout le pays identifiés par le Bureau du Groupe directeur du Conseil des Affaires d'État pour la lutte contre la pauvreté et le développement ont tous été sortis de la pauvreté, et que la Chine a dit adieu à l'histoire de tous les districts pauvres. Ce résultat chèrement acquis et encourageant mérite des félicitations ! Les pratiques chinoises en matière de réduction de la pauvreté démontrent que tant qu'un pays adhère au principe de travail centré sur le peuple, basé sur ses conditions nationales, axé sur le développement, placé autour des pratiques ciblées et pragmatiques, et privilégiant l'ouverture et le gagnant-gagnant, il tracera avec succès une voie vers la réduction de la pauvreté qui est conforme aux réalités et aux besoins du pays, et trouvera la « clé générale » pour ouvrir la porte à la sortie de la pauvreté.

La Chine a reçu beaucoup de soutien et d'assistance de la part de la communauté internationale tout au long de sa lutte décisive contre la pauvreté. Nous donnons également en retour à la cause internationale de la réduction de la pauvreté par des actions concrètes, en partageant l'expérience de la Chine et en y apportant notre sagesse, pour aider les autres pays en développement à atteindre leurs objectifs d'éradication de la pauvreté. La Chine est prête à continuer à apporter sa part de contribution à la cause mondiale de la réduction de la pauvreté et du développement.

Reuters : Selon des reportages, des troubles ont eu lieu en Éthiopie, touchant certains ressortissants chinois. Quels sont vos commentaires à ce sujet ?

Zhao Lijian : L'Éthiopie est un partenaire important de la Chine en Afrique. Nous suivons l'évolution de la situation dans ce pays et lui souhaitons sincèrement paix, stabilité, développement et prospérité. Pour autant que je sache, il y a des entreprises chinoises dans la région touchée par les conflits en Éthiopie. Avec l'aide de la partie éthiopienne, les ressortissants chinois ont généralement été évacués.

Associated Press de Pakistan : Selon des reportages, le commerce de transbordement international a commencé au port de Gwadar, démontrant la confiance du milieu d'affaires international et des compagnies maritimes dans le potentiel économique du port de Gwadar. Le port fait partie importante du Couloir économique Chine-Pakistan (CECP). Quels sont vos commentaires là-dessus ?

Zhao Lijian : Lorsque j'étais en poste au Pakistan, j'ai visité 6 fois le port de Gwadar. Ainsi, j'ai pu avoir une bonne connaissance de son développement, depuis sa construction jusqu'à son exploitation. Je suis très heureux d'apprendre les nouveaux progrès dans le développement du port. La Chine soutient le port de Gwadar pour qu'il puisse jouer un plus grand rôle dans la coopération régionale en matière de commerce des marchandises. Comme les faits le prouvent, le CECP apporte des bénéfices aux peuples chinois et pakistanais et favorise aussi l'interconnexion et la coopération économique de la région. Nous avons la confiance qu'avec les efforts concertés des différentes parties, le CECP jouera certainement un rôle plus actif dans le développement et la prospérité régionaux.

AFP : Premièrement, l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a récemment déclaré qu'un groupe d'experts internationaux se rendrait en Chine pour enquêter sur la source animale de la COVID-19. Quand le groupe d'experts arrivera-t-il en Chine ? Pourriez-vous fournir plus de détails ? Deuxièmement, le Premier Ministre australien Scott Morrison a récemment évoqué la « détérioration inutile » des relations sino-australiennes. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : Pour votre première question, depuis le début de l'épidémie, la Chine et l'OMS ont toujours maintenu leurs échanges et coopération sur le traçage de l'origine du virus. En plus de son propre travail de traçage, la Chine a consciencieusement et activement mis en œuvre les résolutions de l'Assemblée mondiale de la Santé, en prenant l'initiative d'inviter des experts de l'OMS en Chine pour coopérer sur le traçage de l'origine de la COVID-19. D'ailleurs, nous avons récemment organisé une visioconférence avec des experts de l'OMS.

Le traçage de l'origine du virus est une question scientifique. Pour ce faire, les scientifiques devraient mener des recherches et une coopération scientifiques à l'échelle mondiale, et améliorer la connaissance sur le réservoir animal et les voies de transmission du virus, de manière à mieux prévenir les futurs risques éventuels et à protéger la sécurité et la santé des peuples de tous les pays. Le traçage de l'origine du virus est un processus continu qui peut impliquer plusieurs pays et régions. Nous espérons que tous les pays concernés adopteront, à l'instar de la Chine, une attitude positive, renforceront leur coopération avec l'OMS et contribueront au traçage de l'origine du virus ainsi qu'à la coopération antiépidémique dans le monde entier.

En ce qui concerne votre deuxième question, la Chine a remarqué les commentaires positifs du Premier Ministre Morrison sur la portée mondiale du développement économique de la Chine et la cause chinoise de la lutte contre la pauvreté. La Chine suivra sans relâche la voie du développement pacifique et s'en tiendra toujours à développer des relations d'amitié et de coopération avec les autres pays sur la base du respect réciproque, de l'égalité et des avantages mutuels. Nous espérons également que tous les pays abandonneront leurs préjugés idéologiques et décideront de leurs propres positions sur la base des buts et principes de la Charte des Nations Unies, des normes fondamentales universellement reconnues régissant les relations internationales, et des réalités des faits concernés. En matière de relations sino-australiennes, nous espérons que l'Australie pourra faire des choix indépendants, objectifs, rationnels et conformes à ses propres intérêts.

Beijing Daily : Le 23 novembre, le Bureau des Affaires étrangères et du Commonwealth du Royaume-Uni a publié le Rapport semestriel sur Hong Kong. Le Secrétaire d'État britannique des Affaires étrangères Dominic Raab a déclaré dans l'avant-propos que la promulgation de la Loi sur la sécurité nationale à Hong Kong et la disqualification de plusieurs membres du Conseil législatif par le gouvernement chinois représentaient deux graves violations de la Déclaration conjointe sino-britannique en cinq mois seulement. Selon lui, cela remet sérieusement en question l'engagement de la Chine d'« un pays, deux systèmes ». Le Royaume-Uni continuera à défendre les droits de la population de Hong Kong et à mettre en œuvre la Déclaration conjointe sino-britannique. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : Cela fait déjà 23 ans que Hong Kong est retourné à la mère patrie, et pourtant le gouvernement britannique tente toujours d'inverser les faits et de faire des remarques irresponsables sur les affaires de Hong Kong, et de lancer des accusations infondées contre la Chine en publiant le prétendu Rapport semestriel sur Hong Kong. Nous nous y opposons fermement et le condamnons résolument.

Depuis le retour de Hong Kong, le gouvernement central de la Chine applique scrupuleusement les principes d'« un pays, deux systèmes », de « la gouvernance de Hong Kong par les Hongkongais » et d'un haut degré d'autonomie, agissant dans le strict respect de la Constitution et de la Loi fondamentale. La Chine soutient pleinement le Chef de l'exécutif et le gouvernement de la Région administrative spéciale (RAS) dans l'exercice d'une gouvernance conformément à la loi. Les habitants de Hong Kong jouissent de tous les droits et libertés prévus par la loi. La détermination du gouvernement chinois à mettre en œuvre le principe d'« un pays, deux systèmes » est indéfectible, tout comme sa détermination à sauvegarder la souveraineté, la sécurité et les intérêts de développement du pays et à s'opposer à toute ingérence des forces extérieures dans les affaires de Hong Kong.

Je tiens à souligner une fois de plus que Hong Kong est une RAS de la Chine et que le Royaume-Uni n'a aucun droit de supervision ni aucune prétendue obligation morale envers elle, et n'a pas le droit de s'ingérer dans les affaires de Hong Kong en citant la Déclaration conjointe sino-britannique. Pendant son règne colonial, le Royaume-Uni n'a jamais accordé la démocratie à Hong Kong. Aujourd'hui, le Royaume-Uni n'est pas qualifié pour se poser en juge ! Nous exhortons la partie britannique à abandonner la mentalité coloniale, à renoncer à l'hypocrisie et à la pratique de « deux poids deux mesures », à cesser de s'immiscer dans les affaires intérieures des autres pays et à revenir dès que possible sur la voie juste du droit international et des normes fondamentales régissant les relations internationales.

PTI : En ce qui concerne la question qui vient d'être posée sur la visite de l'équipe d'experts de l'OMS en Chine, pourriez-vous nous dire quand les experts arriveront ? Et combien seront-ils ?

Zhao Lijian : S'il y a des informations en la matière, nous les publierons en temps opportun.

BBC : Selon des reportages, le gouvernement chinois a proposé d'établir un mécanisme international de reconnaissance mutuelle des certificats de santé. Pourriez-vous présenter plus d'informations ?

Zhao Lijian : Actuellement, la situation épidémique mondiale reste sévère, et le monde fait face à l'impératif de relancer l'économie et de faciliter la mobilité humaine. Afin de fluidifier les canaux des activités économiques mondiales, de restaurer le fonctionnement sûr et sans à-coup des chaînes industrielles et d'approvisionnement mondiales, et de faciliter la circulation ordonnée des personnes, la partie chinoise a proposé une initiative d'établir un mécanisme international de reconnaissance mutuelle des informations sanitaires pour la prévention épidémique. Pour le moment, ce mécanisme se trouve encore dans la phase débutante. Le travail de suivi portera notamment sur la reconnaissance mutuelle des mécanismes nationaux, la protection des informations et l'utilisation des données. La partie chinoise mènera des échanges avec les parties concernées à ce sujet.

Suggest To A Friend:   
Print