Page d'accueil > Propos du porte-parole du MAE
Conférence de presse du 26 avril 2021 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Wang Wenbin
2021/04/26

AFP : Le Ministre australien de la Défense Peter Dutton a déclaré qu'il ne fallait pas écarter la possibilité d'avoir un conflit avec la Chine sur la question de Taiwan, car la Chine avait une volonté très claire pour la réunification. Mais il a ajouté dans le même temps que l'Australie espérait demeurer un bon voisin de la région. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Wang Wenbin : J'ai remarqué les reportages concernés. Je tiens à souligner que le respect du principe d'une seule Chine est la condition inhérente au développement des relations sino-australiennes. Taiwan fait partie intégrante du territoire chinois. La question de Taiwan est une affaire purement intérieure de la Chine et implique les intérêts vitaux de la Chine. Nous ne permettrons jamais à aucune force étrangère d'y interférer. L'origine de la tension actuelle des relations entre les deux rives du détroit est que les autorités du Parti démocrate progressiste refusent de reconnaître le Consensus de 1992 incarnant le principe d'une seule Chine, et agissent en collusion avec des forces extérieures pour lancer constamment des provocations visant à l'« indépendance de Taiwan ». La Chine doit être et sera réunifiée. Nous sommes disposés à faire autant que nous pouvons pour la perspective d'une réunification pacifique, mais nous ne laisserons aucune marge pour toutes formes d'activité séparatiste cherchant l'« indépendance de Taiwan ». Nous exhortons la partie australienne à reconnaître pleinement le caractère extrêmement sensible de la question de Taiwan, à respecter scrupuleusement le principe d'une seule Chine, à être réellement prudente dans ses paroles et actions, à ne pas envoyer de faux signaux aux forces séparatistes visant à l'« indépendance de Taiwan », et à faire plus de choses favorables à la paix et à la stabilité dans le détroit de Taiwan ainsi qu'aux relations sino-australiennes.

Global Times : Récemment, les États-Unis ont pris des sanctions à grande échelle contre la Russie en expulsant 10 diplomates russes. Certains pays européens ont également emboîté le pas aux États-Unis. En réponse, la Russie a pris des contre-mesures nécessaires. Il y a quelques jours, le Président russe Vladimir Poutine a souligné dans son discours sur l'état de la Nation que les provocateurs contre la Russie regretteraient leurs actions et qu'aucun geste tentant de franchir la ligne rouge de la Russie ne serait toléré. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Wang Wenbin : La Chine préconise toujours que les divergences entre les pays doivent être adéquatement résolues par le biais de consultations et sur la base de l'égalité et du respect mutuel. Nous nous opposons au comportement de recourir de manière arbitraire à l'emploi de sanctions unilatérales ou à la menace de sanctions. Un tel comportement qui revient à la politique du plus fort et à l'intimidation va à l'encontre de l'opinion publique et fait face à une opposition et à un rejet de plus en plus forts.

À présent, la COVID-19 continue de sévir dans le monde entier. Face à ce problème commun de l'être humain, la communauté internationale doit s'unir et coordonner ses efforts pour surmonter les difficultés actuelles et répondre aux nouveaux menaces et défis, de manière à contribuer ensemble à une reprise économique mondiale le plus tôt possible ainsi qu'à la paix et à la sécurité internationales. La Chine et la Russie, ayant établi un partenariat de coordination stratégique global pour la nouvelle ère, continueront de se comprendre et de se soutenir pour sauvegarder leur souveraineté, leur sécurité et leurs intérêts de développement respectifs.

Prasar Bharati : La semaine dernière, vous avez déclaré que la Chine et l'Inde communiquaient au sujet de l'aide en matériels médicaux fournie par la Chine à l'Inde. Dans le même temps, des entreprises privées indiennes s'approvisionnent également en fournitures médicales en Chine pour répondre aux besoins de l'Inde face à la pandémie. Cependant, aujourd'hui, la compagnie Sichuan Airlines a suspendu ses opérations de fret vers l'Inde, ce qui a empêché l'Inde de se procurer les matériels essentiels en cette période critique. Quels sont vos commentaires sur la situation ci-dessus ?

Wang Wenbin : La Chine suit de très près l'évolution de la situation épidémique en Inde et exprime sa sincère sympathie à l'Inde pour la détérioration de la situation épidémique ces derniers jours dans ce pays. Nous avons exprimé sans tarder notre volonté d'aider l'Inde à combattre la nouvelle vague d'épidémie. Actuellement, les deux parties maintiennent une communication à cet égard. En ce qui concerne l'achat de matériels médicaux chinois par des entreprises indiennes dont vous avez parlé, pour autant que je sache, il s'agit d'actes d'achat normaux entre entreprises. Si l'Inde fait part de ses besoins spécifiques, la Chine est prête à lui fournir du soutien et de l'assistance autant que possible dans sa lutte contre la nouvelle vague d'épidémie. Quant à la situation spécifique des vols de la compagnie aérienne concernée que vous avez mentionnée, je vous suggère de vous renseigner et de vérifier auprès de la compagnie concernée.

Bloomberg : L'Ambassade de Chine au Sri Lanka a déclaré sur Twitter aujourd'hui que le premier lot de 800 générateurs d'oxygène serait expédié de Hong Kong, en Chine, à Delhi aujourd'hui et que le deuxième lot de 10 000 arriverait dans une semaine. Pourriez-vous confirmer cela ?

Wang Wenbin : J'ai déjà exposé la volonté de la Chine de fournir soutien et aide nécessaires à l'Inde pour combattre la nouvelle vague d'épidémie. Et la Chine est prête à fournir du soutien et de l'aide autant que possible en fonction du besoin spécifique de l'Inde.

South China Morning Post : Le Ministre australien de la Défense a déclaré dans une interview précédente, lorsque l'on lui a demandé s'il accepterait le bail du port de Darwin, qu'il croyait que l'Australie agirait si ce bail ne s'avérait pas compatible avec les intérêts nationaux de l'Australie. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Wang Wenbin : La coopération économique, commerciale et d'investissement entre la Chine et l'Australie est par essence mutuellement bénéfique et gagnant-gagnant. Le gouvernement chinois encourage les entreprises chinoises à mener des coopérations d'investissements à l'étranger conformément aux principes du marché et aux règles internationales et sur la base du respect des lois locales, et va sauvegarder résolument les droits et intérêts légaux des entreprises chinoises menant des opérations et des investissements à l'étranger. Nous espérons que l'Australie envisagera la coopération sino-australienne de façon objective et rationnelle et cessera de perturber les échanges et la coopération normaux entre la Chine et l'Australie.

Shenzhen TV : L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) travaille sur la mise en place d'un groupe de travail technique en réponse au plan du Japon de déverser en mer l'eau contaminée de la centrale nucléaire accidentée de Fukushima et la communauté internationale prête une haute attention aux progrès concernés. Selon des reportages, la République de Corée a déclaré que l'AIEA avait confirmé la participation du pays à ce groupe de travail. La Chine a-t-elle demandé à y participer et engagé une concertation avec l'AIEA sur ce sujet ?

Wang Wenbin : L'accident nucléaire de Fukushima du Japon est l'un des accidents nucléaires les plus graves de l'histoire du monde. Malgré les doutes et l'opposition à l'intérieur comme à l'extérieur du pays, le gouvernement japonais a décidé unilatéralement de rejeter à la mer l'eau contaminée issue de la centrale nucléaire accidentée de Fukushima avant d'avoir épuisé tous les moyens sûrs de traitement et sans divulgation de toutes les informations concernées ni amples consultations avec ses pays voisins et la communauté internationale. Cette pratique hautement irresponsable non seulement nuira directement aux intérêts vitaux des habitants des pays voisins du Japon, mais aussi menacera l'environnement marin mondial et la sécurité de la santé publique internationale. En tant que partie prenante majeure, la Chine a de graves préoccupations à l'égard de cette pratique irresponsable du Japon. C'est parfaitement justifié.

La Chine soutient la mise en place rapide par l'AIEA d'un groupe de travail technique qui comprend la Chine et d'autres parties prenantes pour travailler sur le plan de traitement de l'eau contaminée de la centrale nucléaire de Fukushima, le suivi de la mise en œuvre du plan ainsi que l'évaluation et la surveillance internationales. La Chine maintient une communication et une coordination étroites avec l'AIEA sur cette question. L'AIEA se prépare activement à établir un groupe de travail technique concerné et a confirmé qu'elle inviterait des experts chinois dans le groupe. La Chine va soutenir pleinement son travail de suivi. Le Japon doit s'abstenir de rejeter l'eau contaminée dans la mer avant d'avoir répondu effectivement aux préoccupations de toutes les parties prenantes, y compris la Chine, ainsi que de la communauté internationale.

AFP : Un responsable des garde-côtes philippins a déclaré dimanche que la Garde côtière philippine menait des exercices militaires en Mer de Chine méridionale en vue de défendre la juridiction maritime des Philippines dans les eaux concernées. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Wang Wenbin : La Chine a la souveraineté sur les îles Nansha, y compris l'île Zhongye, et les îles Zhongsha, y compris l'île Huangyan, ainsi que leurs eaux adjacentes, et exerce sa juridiction sur les eaux concernées. La Chine exhorte la partie concernée à respecter la souveraineté et les droits et intérêts de la Chine, et à mettre fin à ses actions susceptibles de compliquer la situation et d'intensifier les différends.

Bloomberg : Le Quad, composé des États-Unis, du Japon, de l'Inde et de l'Australie, a récemment tenu une réunion pour discuter de leur coordination dans la lutte contre la pandémie de COVID-19. La situation épidémique actuelle en Inde est vraiment grave, mais il semble que les trois autres pays du Quad n'aient pas apporté d'aide à l'Inde, alors que la Chine s'est engagée à lui fournir de l'assistance. Selon vous, quelle est la différence entre l'efficacité du Quad et l'assistance que la Chine est prête à fournir ?

Wang Wenbin : Tout d'abord, je tiens à réitérer que la pandémie est un défi commun pour l'humanité tout entière, et que, sur cette question, tous les pays doivent travailler ensemble en faisant preuve de solidarité pour y faire face. Nous avons également fait part de la volonté de la Chine d'apporter son soutien et son assistance à l'Inde dans sa lutte contre la nouvelle vague d'épidémie. Nous espérons que tous les pays s'uniront pour combattre le virus, un ennemi commun de l'humanité.

J'ai également pris note que les dirigeants d'un certain nombre de pays et d'organisations internationales avaient appelé à l'aide et au soutien énergiques de la communauté internationale en faveur de nombreux pays dans leur lutte contre la pandémie. Par exemple, un sixième de la population européenne et un cinquième de la population nord-américaine se sont déjà fait vacciner, tandis que seul un pour cent de la population africaine a reçu l'injection de vaccins. C'est inacceptable. L'énorme « fossé vaccinal » formé entre les pays développés et le grand nombre de pays en développement mérite la vigilance et la réflexion de la communauté internationale. La Chine, le premier pays à prendre un engagement à faire des vaccins un bien public, l'a activement mis en pratique. Nous sommes fermement opposés au « nationalisme vaccinal », et disposés à travailler ensemble avec le reste de la communauté internationale pour continuer de promouvoir la distribution équitable et raisonnable des vaccins. Nous appelons également les pays qui le peuvent à prendre des mesures concrètes pour soutenir et aider la grande majorité des pays en développement dans leur accès aux vaccins, afin de contribuer à la victoire commune de l'humanité sur la pandémie dans le meilleur délai.

Quant aux activités des pays concernés dans le cadre pertinent que vous avez mentionnées, j'espère qu'ils respecteront aussi ces principes et cet esprit et poursuivront la vision d'une communauté d'avenir partagé pour l'humanité pour apporter conjointement du soutien et de l'assistance dans la mesure de leurs capacités à l'Inde et aux pays concernés dans leur lutte contre la pandémie, afin d'assumer les responsabilités et obligations internationales qui doivent être les leurs.

Beijing Youth Daily : Le 24 avril marque la Journée internationale du multilatéralisme et de la diplomatie au service de la paix. Le Secrétaire général des Nations Unies António Guterres a indiqué dans son discours que nous avions besoin d'un multilatéralisme interconnecté, d'un multilatéralisme inclusif et d'une action multilatérale forte. La Directrice générale de l'Office des Nations Unies à Genève Tatiana Valovaya a dit que le multilatéralisme était non seulement une base de la Charte des Nations Unies et du Programme de développement durable à l'horizon 2030, mais jouait aussi un rôle inestimable pour la paix et le progrès de l'humanité. Quels sont les commentaires de la Chine ?

Wang Wenbin : La Chine est d'accord avec les déclarations concernées du Secrétaire général António Guterres et de la Directrice générale Tatiana Valovaya. L'adhésion au multilatéralisme représente la bonne voie à suivre pour résoudre les questions et relever les défis qui ne cessent d'émerger dans le monde actuel, et réaliser le développement de l'humanité.

Le multilatéralisme repose sur le traitement d'égal à égal. Seuls la poursuite de l'égalité entre tous les pays, grands ou petits, et le rejet de l'intimidation caractérisée par la loi de la jungle permettent de fédérer les esprits, d'accumuler la sagesse et d'unir les forces de toutes les parties pour répondre autant que nous pouvons aux défis mondiaux tels que le changement climatique, la protection de l'environnement et le développement durable.

L'essence du multilatéralisme consiste à respecter la loi et les règles, qui se réfèrent au droit international et à la Charte des Nations Unies, dont le respect est une condition préalable à la formation de règles et d'un ordre internationaux stables et impartiaux, permettant la paix et la stabilité durables au monde. L'élaboration des règles internationales sur la base des règles d'une poignée de pays et le remplacement de l'ordre international par l'ordre d'une poignée de pays reviennent au « pseudo-multilatéralisme », qui créera et aggravera l'incertitude et les troubles.

Face au changement inédit et à la pandémie jamais vue depuis un siècle, les pays doivent unir leurs efforts, travailler en solidarité pour le même objectif, approfondir la coopération à travers le dialogue et les consultations, et gérer les divergences par la communication et la coordination, afin de rechercher un terrain d'entente par-delà les divergences, de sauvegarder ensemble la paix et le développement du monde et de créer conjointement un meilleur avenir.

Cette année marque le 50e anniversaire du rétablissement de la République populaire de Chine dans son siège légitime aux Nations Unies et le 20e anniversaire de l'adhésion de la Chine à l'Organisation mondiale du Commerce. En tant que premier pays à signer la Charte des Nations Unies, la Chine défend, préserve, pratique et explore le multilatéralisme. Nous travaillerons avec le reste de la communauté internationale à promouvoir conjointement la construction de la communauté d'avenir partagé pour l'humanité afin que le multilatéralisme éclaire la voie à suivre pour l'humanité.

Joong-Ang Ilbo : Selon des reportages, la Chine a demandé à plusieurs reprises à la République de Corée de confirmer si elle adhérerait au Quad qui regroupait les États-Unis, le Japon, l'Inde et l'Australie. Quels sont les commentaires de la Chine là-dessus ?

Wang Wenbin : Voulez-vous savoir la position de la Chine sur la rumeur de l'adhésion de la République de Corée au Quad, composé des États-Unis, du Japon, de l'Inde et de l'Australie, c'est ça ? (Le journaliste a hoché la tête en signe d'approbation.)

Nous espérons que les pays concernés pourront prendre plus d'actions favorables à la paix et à la stabilité régionales, au lieu de faire le contraire.

Beijing Daily : Selon des reportages, l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est (ASEAN) a tenu en Indonésie le 24 avril une réunion spéciale des dirigeants. Selon la déclaration du Président publiée après la réunion, un consensus en cinq points a été trouvé sur la situation au Myanmar. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Wang Wenbin : La Chine se félicite de la réunion spéciale des dirigeants de l'ASEAN. La réunion a marqué un bon début pour la promotion de l'apaisement et de la désescalade de la situation au Myanmar via l'« approche de l'ASEAN » ouverte et inclusive. Certes, on ne doit pas s'attendre à ce qu'une seule réunion résolve définitivement tous les problèmes. Nous espérons et croyons que l'ASEAN continuera de jouer un rôle constructif dans la promotion de la réconciliation politique au Myanmar et dans la sauvegarde effective de la solidarité et de la coopération de l'ASEAN ainsi que de la paix et de la stabilité régionales. La Chine maintiendra une communication étroite avec l'ASEAN et soutiendra les efforts de médiation de l'ASEAN, tout en travaillant avec toutes les parties au Myanmar dans son propre style, afin d'assurer un « atterrissage en douceur » de la situation au Myanmar dans les meilleurs délais.

Suggest To A Friend:   
Print