Page d'accueil > Actualités
Allocution de M. l'Ambassadeur LI Li au séminaire Route et Soie
2017/11/25

Monsieur le Président de l'Université Hassan II,
Monsieurle Président de l'Université des Etudes internationales de Shanghai,
Mesdames et Messieurs, Chers amis,

   C'est pour moi un grand plaisir d'être parmi vous aujourd'hui à ce séminaire, pour passer en revue l'histoire de l'ancienne Route de la Soie et évoquer ensemble avec vous les belles perspectives de la coopération mutuellement avantageuse entre la Chine et le Maroc. Je voudrais saisir cette occasion pour remercier l'Institut Confucius de l'Université Hassan II, l'Université des Etudes Internationales de Shanghai, ainsi que tous les amis ici présents pour votre attachement au développement des relations sino-marocaines.
   Depuis son lancement il y a quatre ans, l'initiative "la Ceinture et la Route" a attiré une vive attention de la communauté internationale. Une centaine de pays et d'organisations internationales y ont répondu très favorablement, et 75 parmi eux ont signé avec la partie chinoise un accord portant sur la construction conjointe de "la Ceinture et la Route". L'idée essentielle de cette initiative est également inclue dans des résolutions importantes de l'Assembée Générale et du Conseil de Sécurité des Nations Unies. Actuellement, les coopérations bilatérales s'y rapportant couvrent les domaines de la coordination des politiques, de l'interconnexion des infrastructures, de la facilitation du commerce, de la circulation des fonds et du développement des échanges humains, des projets phares ont été lancés, et les investissements des entreprises chinoises dans les pays riverains de "la Ceinture et la Route" ont connu une augmentation continue. Grâce à un effet d'entraînement sur les continents asiatique, africain, européen, et encore plus loin, dans les Caraïbes et en Amérique latine, s'ouvre un nouveau horizon de la prospérité commune dans le monde entier.
   Face à une situation économique mondiale complexe et changeante, marquée notamment par des courants contre la mondialisation, le lancement de l'initiative "la Ceinture et la Route" a non seulement chassé la morosité de la conjoncture actuelle, mais aussi offert un concept oriental de la gouvernance mondiale basé sur les principes dits "concertation, synergie et partage" et visant la construction d'une communauté de destin pour toute l'humanité. Comme l'a souligné le Secrétaire général XI Jinping dans son rapport au 19e congrès national du PCC, "ayant comme priorité le projet "la Ceinture et la Route", nous devons combiner au mieux les deux volets de la stratégie, à savoir "introduire de l'étranger" et "sortir du pays" ; suivre fidèlement le principe de "consultations réciproques, d'engagement commun et de partage des fruits" ; et renforcer l'ouverture et la coopération en matière de capacités d'innovation". En inscrivant l'idée de la construction de "la Ceinture et la Route" dans les statuts du PCC, la Chine a fait une promesse solennelle de promouvoir la concrétisation de cette stratégie grandiose et montré parfaitement sa volonté d'approfondir l'ouverture pour un développement partagé dans le monde.

   Mesdames et Messieurs, Chers amis,
   Les peuples chinois et marocain, en poursuivant les voies frayées par leurs ancêtres, comme WANG Dayuan et Ibn Battuta, ont noué une amitié profonde au cours des siècles écoulés. Très attaché au resserrement de ces liens séculaires, le Maroc est aujourd'hui un partenaire naturel de la Chine dans sa coopération internationale dans le cadre de "la Ceinture et la Route". En mai dernier, Madame Rkia Derham, Secrétaire d'Etat chargé du commerce extérieur, a été présente au Forum sur "la Ceinture et la Route" à Beijing. La semaine dernière, c'était S.E.M. le Ministre Nasser Bourita qui a effectué une visite officielle en Chine et signé à cette occasion avec son homologue WANG Yi un mémoremdum d'entente pour la construction conjointe de "la Ceinture et la Route", document qui constitue une base politique important pour les coopérations sino-marocaines ultérieures. Sur ce sujet, j'aimerais partager avec vous quelques de mes réflexions :
   Premièrement, nous devons "porter le regard vers l'avenir". L'établissement du partenariat stratégique sino-marocain en 2016 a été suivi cette année par la conclusion d'un mémorandum d'entente sur "la Ceinture et la Route". Et l'année prochaine marquera le 60ème anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre les deux pays. Dans la culture chinoise, le début de chaque cycle de 60 ans constitue un moment important pour faire le bilan du passé et envisager l'avenir. Il nous convient de saisir les opportunités ainsi offertes pour une synthèse des expériences réussies, et sur cette base, pour une meilleure planification de la coopération bilatérale et une nouvelle définition des champs permettant un approfondissement des relations sino-marocaines".
   Deuxièmement, nous devons "passer à des concrétisations réelles". Le Maroc jouit d'une position géographique privilégiée, alors que les entreprises chinoises disposent de fonds et de technologies. A l'avenir, les deux parties pourront s'inspirer et se compléter mutuellement pour mettre pleinement en valeur leur potentialité, renforcer effectivement leur coopération pragmatique dans les domaines comme les infrastuctures, l'investissement, la logistique portuaire et les énergies renouvelables, et apporter profit aux peuples chinois et marocain.
   Troisièmement, nous devons "nous tourner vers l'extérieur". La Chine et le Maroc ont chacun un mûr mécanisme de coopération avec l'Afrique. Les premiers résultats obtenus sont remarquables, et de riches expériences ont été accumulées. Actuellement, les pays africains, déterminés à promouvoir l'industrialisation, à accélérer la construction des infrastructures et à améliorer les conditions de vie de leurs habitants, ont un besoin ardent de technologies et de financements. Dans les années à venir, la Chine et le Maroc peuvent conjuguer leurs efforts pour aider l'Afrique dans leur développement et donner, avec un résultat triple-gagnant, un modèle à la coopération Sud-Sud.

   Mesdames et Messieurs, Chers Amis,
   Les milieux universaires et des think-tanks sont forces vives dans les échanges sino-marocains. Je suis convaincu que des propositions pragmatiques concernant l'approfondissement des relations sino-marocaines émergeront à l'issue de cette croisée d'esprits et de pensées.
Pour terminer, je souhaite plein succès au forum.
Je vous remercie de votre attention.

 

Suggest To A Friend:   
Print