Page d'accueil > Actualités
Texte intégral de l'Article Signé de M.l'Ambassadeur de Chine au Maroc LI Li dans le journal "Le Matin"
2018/08/30

 

Sommet de Beijing du Forum sur la Coopération sino-africaine
Un nouveau chapitre dans les annales de la coopération sino-africaine

   Le Sommet de Beijing du Forum sur la Coopération sino-africaine (FCSA) se tiendra en septembre prochain. Créé en 2000, le FOCAC a déjà 18 ans. Au cours de ces 18 années écoulées, il s'est développé en ampleur et en profondeur pour parvenir à sa pleine maturité. Des mécanismes ont été mis sur pied dans ce cadre, permettant des communications, un foctionnement et des actions dont l'efficacité est reconnue à l'unanimité par nos pays africains frères.

   Grâce aux efforts conjoints de la Chine et des pays africains, le FCSA est aujourd'hui un exemple pour la coopération entre l'Afrique et le reste du monde. Récemment, le Président XI Jinping a effectué une visite réussie dans 4 pays africains, qui a permis de renforcer le partenariat stratégique global sino-africain et de créer une ambiance favorable à la tenue prochaine du Sommet de Beijing.

    La Chine et les pays africains sont des frères liés par une amitié traditionnelle qui se renforce sans cesse

   Dans son allocution à la cérémonie d'ouverture du Sommet de Johannesburg 2015, le Président chinois Xi Jinping a indiqué que « La Chine et l'Afrique ont toujours vu leurs destins étroitement liés. Les mêmes sorts et les mêmes parcours ont permis aux peuples chinois et africains de tisser des liens d'amitié profonds.» Toutes les deux victimes du colonialisme, la Chine et l'Afrique ont souffert des humiliations et l'envahissement des puissances étrangères. Elles savent bien que seules l'esprit d'entreprise et la solidarité mènent à la liberté et l'indépendance, de même que la préservation des cultures nationales.

   Sur la scène internationale, la Chine et l'Afrique se sont toujours prêté soutien mutuel:ce sont les pays africains qui ont porté la République populaire de Chine dans son siège légitime aux Nations Unies; Et la Chine n'a jamais hésité à accorder de l'aide à l'Afrique même pendant les années les plus difficiles pour son développement. À la nouvelle ère, la Chine considère toujours l'Afrique comme une priorité de ses politiques extérieures et fait du renforcement et de la consolidation des liens d'amitié sino-africains un choix stratégique ferme de long terme.

   La Chine et les pays africains sont des partenaires qui oeuvrent à la coopération gagnant-gagnant

   Les principes de «sincérité, pragmatisme, amitié et franchise» et le juste concept de la justice et des intérêts sont deux engagements solennels que la Chine a fait à l'Afrique. Ce que souhaite la Chine, c'est de réaliser un développement commun avec l'Afrique, avec tous les pays en voie de développement et avec le monde entier. Au cours des 18 ans passés, la Chine a tenu ses promesses par ses actions. Ainsi, le plus grand pays en voie de développement, le continent qui regroupe le plus grand nombre de pays en voie de développement sont plus proches et plus solidaires.

   Les relations sino-africaines sont portées au niveau du partenariat stratégique global. Les échanges de haut niveau entre la Chine et les pays africains sont fréquents. Le Président Xi Jinping a toujours fait de l'Afrique la première destination de sa visite à l'étranger après son élection et de sa réélection comme Président de la Chine, respectivement en 2013 et en 2018. Sa dernière visite au Sénégal, au Rwanda, en Afrique du Sud et à Maurice a montré sa volonté de construire une communauté de destin sino-africaine plus solide.

   En plus du soutien apporté aux pays africains dans le cadre du FCSA, la Chine oeuvre aussi à appuyer le développement de l'Afrique sur la scène internationale en appelant les différents pays à accorder de l'aide sans conditions politiques aux pays africains et, plus encore, à faire preuve d'une plus grande solidarité pour renforcer les capacités d'autodéveloppement des pays africains. En novembre 2016, au cours de COP22 à Marrakech, la Chine a appelé les pays développé à honorer rapidement leur engagement d'accorder chaque année 100 milliards de dollars US aux pays en voie de développement d'ici 2020.

   La Chine participe activement au développement de l'Afrique. Sur le plan économique, en 2017, le volume commercial sino-africain a atteint 170 milliards de dollars US, et d'importation chinoise de l'Afrique a augmenté de 32%, la Chine est le premier partenaire commercial de l'Afrique pendant neuf ans consécutifs.Elle a investi plus de 100 milliards de dollars US en Afrique, un chiffre multiplié par cent depuis 2000. Les statistiques montrent que la coopération sino-africaine a contribué à plus de 20% à la croissance africaine. Les entreprises chinoises investissent activement en Afrique, aidant les pays africains à créer des emplois et à mettre en œuvre un grand nombre de projets d'exploitation de ressources et d'énergie, de construction d'infrastructures, de parcs industriels et de zones économiques spéciales.

   Sur le plan du bien-être social, la Chine a fourni une aide allant jusqu'à 110 millions de dollars US aux pays africains pour la lutte contre le virus Ebola. Elle a envoyé plus de 25 000 agents médicaux en Afrique,qui ont soigné plus de 300 millions de patients. L'Opération « Action Lumière » a apporté la lumière à plus de 7 000 Africains atteints de cataracte.

   Sur le plan de la sécurité, la Chine participe activement aux opérations de maintien de la paix en Afrique et est le premier fournisseur de casques bleus dans le cadre du Conseil de Sécurité de l'ONU. Des militaires chinois s'activent dans les opérations au Mali, au Soudan du Sud et au large de la Somalie.

   Les échanges socioculturels entre la Chine et l'Afrique sont de plus en plus dynamiques et variés. La coopération dans le cadre de l'Institut Confucius en est un bon exemple. On compte à l'heure actuelle 54 Instituts Confucius et 27 Classes Confucius répartis dans 41 pays africains. Le Maroc en abrite trois. À part l'enseignement de la langue chinoise, l'Institut Confucius offre aussi des opportunités aux amis africains de s'imprégner dans la culture chinoise.

   Des centres culturels chinois ont ouvert leurs portes en Afrique, des programmes d'échanges, de recherches scientifiques conjointes et de renforcement d'amitié ont vu le jour. Depuis ces dernières années, l'Afrique est également devenue une destination prisée des touristes chinois. Les chiffres de l'Organisation mondiale du Tourisme(OMT) a montré que 11,3 millions de touristes chinois se sont rendus en Afrique en 2016 et 628 300 Africains ont choisi la Chine comme la destination de leur voyage en 2017. Les échanges humains entre les deux parties se multiplient sans cesse.

   L'initiative «Ceinture et Route»anonnce un âge d'or de la coopération sino-africaine

   Le Sommet de Beijing qui se tiendra en septembre va se focaliser sur la coopération Chine-Afrique pour favoriser la synergie entre l'Initiative «Ceinture et Route», l'Agenda 2030 pour le développement durable et l'Agenda 2063 de l'Union africaine ainsi que les stratégies de développement respectives des pays africains. L'Initiative«Ceinture et Route», inspirée de la sagesse orientale, est une contribution chinoise à la croissance économique mondiale. Il s'agit de promouvoir la coopération internationale dans l'esprit de l'ancienne Route de la Soie. Depuis le lancement de cette initiative il y a 5 ans, la Chine et les pays riverains ont travaillé dans l'esprit de soutien mutuel et de partage, pour accompagner le développement de tous les pays et apporter le bonheur à tous les peuples.

   Les pays africains sont un maillon important sur l'ancienne route de la soie et des partenaires naturels de l'initiative «Ceinture et Route».D'abord, les concepts de développement chinois et africain convergent. La Chine et les pays africains sont tous des pays en voie de développement et ont tous la même responsabilité et le même devoir de diriger leur peuple vers une vie meilleure. Leurs gouvernements mènent des réformes afin de trouver une voie de développement qui soit adaptée aux conditions de leur pays respectif. Beaucoup de pays africains ont marqué leur intérêt pour la voie de développement chinoise et la Chine est aussi disposée à partager ses expériences en la matière avec les pays africains afin de réaliser le développement commun.

   Ensuite, les peuples chinois et africains se connaissent et se comprennent bien. Les échanges humains directs s'intensifient chaque jour davantage. Les résultats concrets de la coopération sino-africaine ont fait découvrir aux pays africains les opportunités de développements, les technologies avancées et les expériences de gestion de Chine et aux entreprises chinoises, les perspectives de développement en Afrique. Aussi les liens d'amitié entre les deux parties se resserrent-ils sans cesse. Dans le nouveau contexte du développement commun de la Chine et de l'Afrique, la communion d'esprit des peuples chinois et africains va sûrement injecter une nouvelle vitalité à la coopération sino-africaine.

   Troisièmement, la Chine et les pays africains forment une communauté de destin. Face à une économie mondiale instable, à la montée du protectionnisme commercial et au mouvement anti-mondialisation et à la menace croissante du terrorisme et de l'extrémisme sur la sécurité mondiale, la Chine et l'Afrique ont toutes besoin de préserver un monde ouvert, d'accroître leurs atouts respectifs d'autant plus qu'elles partagent les mêmes objectifs dans divers domaines tels que la construction des infrastructures, le développement du marché financier, la facilitation du commerce et de l'investissement, la réduction de la pauvreté, la modernisation de l'agriculture et de la santé publique. L'initiative «Ceinture et Route» est justement une mesure visant à créer un environnement international favorable au développement commun de la Chine et des pays africains.

   De nouvelles perspectives et opportunités pour la coopération sino-marocaine

   La visite en Chine de sa Majesté Mohammed VI en 2016 a permis l'établissement du partenariat stratégique sino-marocain et les deux pays ont signé un mémorendum d'entente sur la «Ceinture et Route» en 2017. Cette année, la tenue du Sommet du FCSA coincide avec le 60e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques sino-marocaines. La Chine et le Maroc doivent saisir cette belle occasion pour réaliser de nouvelles percées dans les relations bilatérales et au niveau multilatéral et inscrire un nouveau chapitre dans les annales de coopération sino-marocaine.

   Sur le plan bilatéral, la coopération sino-marocaine est entrée dans la phase d'accélération. Récemment, la société chinoise CITIC Dicastal a signé un accord d'investissement sur l'ouverture d'une usine de fabrication de jantes aluminium au Royaume, le montant d'investissement s'élève à 350 millons d'euros, un nouveau record de l'investissement chinois au Maroc. La prospérité du tourisme sino-marocain est la preuve la plus parlante du succès de la coopération sino-marocaine. Depuis l'exemption du visa marocain en 2016, le nombre de touristes chinois a passé de 16 000 en 2016 à 120 000 en 2017. Selon des médias marocains, un touriste chinois dépense en moyenne 1 400 dollars US au Maroc, devant les touristes d'autres nationalités. Nous sommes persuadés que la Chine va contribuer encore davantage au développement du tourisme au Maroc.

   Sur le plan international, la Chine et le Maroc participent et contribuent activement au développement de l'Afrique. Les deux pays ont des atouts complémentaires, ils doivent s'inspirer des expériences de coopération réussie du passé afin de mieux orienter la coopération tripartite dans le cadre du FCSA et de l'initiative «Ceinture et Route» et d'identifier de nouveaux pôles de croissance au fur et à mesure de l'approfondissement des relations bilatérales. En s'appuyant sur la plateforme de coopération qui est le FCSA et attachée aux principes de "concertation, synergie et partage", la Chine entend travailler main dans la main avec le Maroc pour faire avancer à pas assuré la réalisation du projet «Ceinture et Route» et bâtir un meilleur avenir pour la coopération stratégique sino-marocaine.

Suggest To A Friend:   
Print