Page d'accueil > Actualités de la Chine
Conférence de presse du 17 juillet 2020 tenue par la Porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying
2020/07/17

China Daily : Une série de réunions de hauts fonctionnaires sur la coopération en Asie de l’Est se tiendra prochainement. Quelle est l’attente de la Chine quant à ces réunions ?

Hua Chunying : Les 20 et 21 juillet, la Réunion des hauts fonctionnaires de l’ASEAN, de la Chine, du Japon et de la République de Corée, la Réunion des hauts fonctionnaires du Sommet de l’Asie de l’Est et la Réunion des hauts fonctionnaires du Forum régional de l’ASEAN se tiendront sous forme de visioconférence. Le Vice-Ministre des Affaires étrangères Luo Zhaohui participera aux réunions.

Depuis le début de cette année, la pandémie de Covid-19 a gravement affecté la vie et la santé des populations et le développement économique et social des divers pays. Dans le cadre du mécanisme de coopération régionale d’Asie de l’Est, les pays de la région ont pris l’initiative de mener la coopération contre le Covid-19 et ont organisé avec succès la Réunion spéciale des dirigeants de l’ASEAN, de la Chine, du Japon et de la République de Corée et la Réunion spéciale des Ministres des Affaires étrangères ASEAN-Chine, ce qui a démontré l’esprit consistant à travailler ensemble pour surmonter les difficultés et a donné l’exemple de la solidarité internationale dans la lutte contre le Covid-19. Les pays de la région ont fourni une assistance matérielle les uns aux autres et partagé leurs expériences et leurs technologies, promu la mise en place de « voies rapides » pour la mobilité des personnes et de « corridors verts » pour le transport de marchandises, et maintenu la stabilité des chaînes d’approvisionnement et des chaînes industrielles régionales. Ces efforts ont donné des résultats remarquables. Comme je l’ai mentionné hier, au premier semestre de cette année, le volume global des importations et des exportations de la Chine avec l’ASEAN a augmenté de 5,6%. L’ASEAN est devenue le premier partenaire commercial de la Chine, et la Chine reste le premier partenaire commercial de l’ASEAN depuis 11 ans consécutifs.

Les pays de la région sont encore à un stade critique de lutte contre la pandémie et de reprise du développement. La Chine est prête à travailler avec les autres pays de la région pour coordonner les efforts de lutte contre l’épidémie et de développement, renforcer le consensus politique et promouvoir la coopération pragmatique, se préparant ainsi pour la série de réunions des Ministres des Affaires étrangères et la série de réunions des dirigeants sur la coopération en Asie de l’Est prévues dans la seconde moitié de cette année et contribuant à la paix, à la stabilité, au développement et à la prospérité dans la région.

CCTV : Le Secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo a déclaré lors d’une conférence de presse que, lorsque l’embargo sur les armes de l’ONU contre l’Iran expirera le 18 octobre, la Chine vendra des systèmes d’armes à l’Iran, et que la Chine et l’Iran y travaillent. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Hua Chunying : Nous avons noté les reportages concernés. Les remarques de Pompeo sont totalement déraisonnables et visent évidemment à inventer un prétexte pour pousser le Conseil de sécurité des Nations unies à prolonger l’embargo sur les armes contre l’Iran. C’est une autre preuve montrant que les Etats-Unis renient leurs engagements et font volte-face, après s’être retirés unilatéralement du JCPOA au mépris de la résolution 2231 du Conseil de sécurité et du consensus international. Nous espérons que les Etats-Unis reviendront sur la bonne voie en maintenant l’autorité de la résolution du Conseil de sécurité et en appliquant l’accord sur le nucléaire iranien, au lieu d’aller plus loin sur la mauvaise voie.

La Chine adopte toujours une attitude prudente et responsable à l’égard des exportations d’armes et s’en tient à trois principes pour ces exportations : les exportations d’armes doivent contribuer à la capacité d’autodéfense légitime du pays destinataire ; elles ne doivent pas porter atteinte à la paix, à la sécurité et à la stabilité de la région concernée et du monde dans son ensemble ; et elles ne doivent pas être utilisées pour s’ingérer dans les affaires intérieures du pays destinataire. A condition de ne pas violer les obligations internationales, y compris les résolutions du Conseil de sécurité, la Chine peut mener une coopération normale en matière de commerce d’armes avec n’importe quel pays et une telle coopération est irréprochable. Les Etats-Unis n’ont aucun droit de critiquer la Chine sur cette question. Ils ont retiré leur signature du Traité sur le commerce des armes l’année dernière, alors que la Chine a récemment adhéré à ce traité. Les attitudes des deux pays à l’égard des règles internationales sont si contrastées qu’elles se passent d’explications.

CRI : La première réunion des Ministres des Affaires étrangères de la Chine et des pays d’Asie centrale s’est tenue hier par liaison vidéo. Pourriez-vous partager plus de détails avec nous ?

Hua Chunying : Hier, la réunion des Ministres des Affaires étrangères de la Chine et des pays d’Asie centrale s’est tenue par liaison vidéo. La réunion a été présidée par le Conseiller d’Etat et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi. Il s’agit de la première réunion des Ministres des Affaires étrangères entre la Chine et les cinq pays d’Asie centrale. Les participants ont procédé à un échange de vues approfondi sur quatre sujets : le renforcement de la coopération contre le Covid-19, la promotion de la reprise économique, le maintien de la sécurité régionale et le renforcement de la coordination internationale. La réunion a adopté et publié une déclaration commune sur la réunion virtuelle des ministres des Affaires étrangères de la Chine et des pays d’Asie centrale et a décidé de créer un mécanisme de réunion régulière des ministres des Affaires étrangères de la Chine et des pays d’Asie centrale, qui constituera une nouvelle et importante plateforme d’approfondissement du partenariat stratégique entre les deux parties.

Les participants sont parvenus à neuf consensus importants sur la promotion de la coopération entre la Chine et les pays d’Asie centrale et la promotion de la paix et du développement régionaux. Premièrement, le développement, la stabilité et la prospérité de la Chine et des pays d’Asie centrale servent les intérêts communs de toutes les parties. Toutes les parties respectent la voie de développement de chacune choisie en fonction de ses conditions nationales et sont prêtes à contribuer ensemble à la sauvegarde de la paix, de la stabilité et de la prospérité régionales. Deuxièmement, toutes les parties apprécient hautement les résultats de la coopération antiépidémique entre la Chine et les pays d’Asie centrale, qui incarne le concept de communauté de destin. Elles ont exprimé leur volonté de renforcer davantage la coopération en matière de prévention et de contrôle du Covid-19 et de mettre en place le plus vite possible des « voies rapides » pour la mobilité des personnes et des « corridors verts » pour la circulation des marchandises. Troisièmement, toutes les parties continueront de promouvoir la synergie entre l’initiative « la Ceinture et la Route » et les stratégies de développement des pays d’Asie centrale, élargiront davantage le commerce, dégageront davantage de consensus et prendront des mesures concrètes pour construire la route de la Soie pour la santé et la route de la Soie numérique. Quatrièmement, toutes les parties soutiendront la construction de partenariats de connectivité et exploreront davantage de corridors transfrontaliers qui répondent aux besoins et servent les avantages de toutes les parties, afin de permettre à l’Asie centrale de jouer son rôle important en tant que plaque tournante des transports sur le continent eurasien. Cinquièmement, toutes les parties renforceront la coopération agricole pour assurer la sécurité alimentaire. Sixièmement, toutes les parties développeront la coopération de haute technologie dans le commerce électronique, les villes intelligentes, l’intelligence artificielle et l’application de la technologie des mégadonnées, et forgeront conjointement un partenariat économique numérique. Septièmement, toutes les parties condamnent le terrorisme sous toutes ses formes et luttent conjointement contre le terrorisme, l’extrémisme et le séparatisme, le trafic de drogue et la criminalité transnationale organisée. Huitièmement, toutes les parties soutiennent à l’unanimité le processus de paix et de réconciliation en Afghanistan et sont prêtes à jouer un rôle constructif dans la promotion des pourparlers intra-afghans, le rétablissement de la paix et de la stabilité, la promotion de la reconstruction économique et le renforcement de la coopération régionale. Neuvièmement, toutes les parties renforceront davantage la coopération au sein de l’ONU et d’autres mécanismes multilatéraux, défendront conjointement le multilatéralisme, s’opposeront conjointement à l’ingérence dans les affaires intérieures d’autres pays et défendront l’équité et la justice internationales.

Vous vous demandez peut-être pourquoi les Ministres des Affaires étrangères de la Chine et des pays d’Asie centrale doivent se réunir régulièrement. Liés par des chaînes de montagnes et des cours d’eau, la Chine et les pays d’Asie centrale sont des voisins et amis. Il y a plus de 2 100 ans, lorsque Zhang Qian a été missionné comme envoyé diplomatique de la dynastie Han dans les Contrées occidentales, la Chine a inauguré un chapitre historique d’échanges amicaux avec les pays d’Asie centrale. Il y a vingt-huit ans, la Chine a pris l’initiative d’établir des relations diplomatiques avec les pays d’Asie centrale. Au cours des 28 dernières années, dans un esprit de respect mutuel, d’équité, de justice et de coopération gagnant-gagnant, nous nous sommes engagés sur une voie extraordinaire de coopération et avons montré l’exemple pour un nouveau type de relations internationales. Il est naturel pour nous de mettre en place un mécanisme de réunions régulières.

Le renforcement de la coopération collective entre la Chine et les pays d’Asie centrale s’inscrit dans l’entraide et le soutien mutuel entre voisins, ce qui est adapté au courant de notre époque et sert les intérêts de toutes les parties. La coopération entre la Chine et l’Asie centrale est basée sur les besoins communs des deux parties. Elle ne vise aucune partie tierce et n’affecte pas la coopération bilatérale et multilatérale dans la région. Nous sommes prêts à saisir l’occasion de la mise en place du mécanisme de réunion des ministres des Affaires étrangères entre la Chine et les pays d’Asie centrale pour tenir des réunions régulières et formuler des plans de coopération afin de faire progresser la cause de l’amitié entre la Chine et les pays d’Asie centrale dans la stabilité et la durée.

China News Service : Le 16 juillet, la Maison Blanche a publié un message présidentiel à l’occasion du 75e anniversaire de l’essai nucléaire de la Trinité. Il a déclaré que la force nucléaire américaine avait effectivement maintenu la sécurité et la stabilité mondiales après la Seconde Guerre mondiale et fourni une garantie de sécurité aux Etats-Unis et à leurs alliés. Depuis 1992, les Etats-Unis ont observé un moratoire sur les essais nucléaires « bien que la Russie ait mené des essais nucléaires à faible rendement, et que la Chine ait fait de même ». Ils ont de nouveau appelé la Russie et la Chine à se joindre à eux dans des négociations trilatérales, travaillant ensemble pour éviter une nouvelle course aux armements. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Hua Chunying : J’ai noté le message. Comme nous pouvons le voir, les Etats-Unis glorifient le rôle de leur force nucléaire dans le maintien de la sécurité et de la stabilité mondiales. Ils ignorent également la tendance internationale générale en faveur de la paix et du développement. Ils font un tapage au sujet de la concurrence des puissances majeures, font progresser la modernisation des armes nucléaires et développent de nouveaux types d’armes nucléaires pour rechercher un avantage stratégique absolu. Dans le même temps, ils piétinent le régime international de contrôle des armements, rejettent la responsabilité sur les autres et se retirent des organisations et des traités, afin de se libérer du joug pour développer leurs forces nucléaires. Ce que les Etats-Unis ont fait pose de graves menaces à la sécurité et à la stabilité stratégiques mondiales.

Les Etats-Unis ont effectué plus d’essais nucléaires que d’autres, avec plus d’un millier d’essais dans le pays et à l’étranger, causant des dommages incalculables à l’environnement écologique d’autres pays. Comme l’ont révélé les reportages des médias, les Etats-Unis ont effectué de multiples essais nucléaires aux îles Marshall, causant des dommages irréparables à la santé des résidents locaux et à l’environnement écologique local. Vous avez sûrement pris note des reportages récents des médias américains au sujet des discussions au sein de l’administration sur la reprise des essais nucléaires. Maintenant, les Etats-Unis jouent le jeu du voleur criant au voleur en accusant les autres de mener des essais nucléaires avec des accusations fabriquées de toutes pièces. En entraînant la Chine dans ce dossier, ils cherchent à se tirer d’affaire et à se libérer du joug. Je dois souligner que parmi les cinq Etats dotés d’armes nucléaires dans le cadre du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires, la Chine arrive en dernier en termes de nombre d’essais. La Chine figure parmi le premier groupe de signataires du Traité d’interdiction complète des essais nucléaires. Elle soutient le but et l’objectif du traité et reste attachée au moratoire sur les essais nucléaires.

En ce qui concerne l’appel des Etats-Unis aux soi-disant négociations sur le désarmement nucléaire Chine-Etats-Unis-Russie, mes collègues et moi avons exposé à plusieurs reprises la position de la Chine. Nous espérons que les Etats-Unis cesseront de jouer le benêt. Avec le plus grand arsenal nucléaire, les Etats-Unis devraient répondre aux préoccupations internationales, s’acquitter sérieusement de leurs responsabilités spéciales et primordiales en matière de désarmement nucléaire, répondre positivement à l’appel de la Russie à la prolongation du nouveau traité START et réduire davantage leur énorme arsenal nucléaire. C’est la bonne manière de sauvegarder leur propre sécurité et la stabilité stratégique mondiale.

Beijing Daily : David Stilwell, Secrétaire d’Etat adjoint américain aux Affaires de l’Asie de l’Est et du Pacifique, a déclaré dans son récent discours devant un groupe de réflexion que les Etats-Unis exhorteraient tous les pays participants à l’élection du Tribunal international du droit de la mer (TIDM) à évaluer soigneusement la candidature de la Chine, affirmant qu’élire un fonctionnaire chinois au TIDM revenait à engager un pyromane pour diriger un service d’incendie. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Hua Chunying : Certaines personnes de la partie américaine recourent toujours à des remarques sensationnelles, mais trompeuses, pour calomnier et attaquer la Chine. Le Tribunal international du droit de la mer (TIDM) est un organe judiciaire international important créé conformément à la Convention des Nations unies sur le droit de la mer (CNUDM). La Chine attache une grande importance au travail du Tribunal, le soutient fermement et entretient de bonnes relations de coopération avec lui. La représentation des principaux systèmes juridiques du monde et une répartition géographique équitable doivent être assurées au sein du Tribunal. Tel est le consensus de longue date et la pratique constante des Parties à la Convention. Les juges du Tribunal exercent leurs fonctions à titre personnel. Le candidat proposé par la Chine connaît bien le droit international et le droit de la mer et possède de riches connaissances et expériences pratiques dans le domaine du droit international de la mer. Il remplit pleinement les conditions énoncées dans le Statut du Tribunal et a été approuvé par le Groupe Asie-Pacifique des Nations unies. S’il est élu, il se consacrera certainement à apporter une contribution importante au travail du Tribunal et au règlement pacifique des différends maritimes.

Jusqu’à présent, les Etats-Unis n’ont pas ratifié la CNUDM, mais se sont toujours posés en défenseur de la Convention. Le Secrétaire d’Etat adjoint Stilwell ignore les règles de base auxquelles sont parvenus les Etats parties à la CNUDM en ce qui concerne l’élection des juges du Tribunal, ainsi que les arrangements établis par les Etats parties dans la pratique au fil du temps. Il voulait utiliser ses mots agressifs pour retourner l’opinion publique internationale contre la Chine et se poser en donneur de leçons devant les Etats parties à la CNUDM. Une telle action est ce qui constitue la plus grande violation de la CNUDM, de l’ordre juridique international et des relations internationales.

Bloomberg : Le Procureur général des Etats-Unis William Barr a affirmé jeudi dans un discours que des pirates informatiques liés à la Chine avaient ciblé des universités et des entreprises américaines dans le but de voler des droits de propriété intellectuelle en matière de traitement du Covid-19. Quelle est la réponse de la Chine à cela ? Il a également affirmé que le Parti communiste chinois avait utilisé des menaces publiques de représailles et interdit l’accès au marché pour exercer une influence sur les entreprises américaines. Quelle est votre réponse à cela ?

Hua Chunying : Nous avons à maintes reprises souligné que la Chine était un ardent défenseur de la cybersécurité. La Chine est depuis longtemps une victime majeure des vols et des attaques informatiques. Notre position sur les questions de cybersécurité est cohérente et claire. Nous nous opposons fermement à toutes les formes de cyberattaques et de cybervols et les combattons conformément à la loi.

Comme nous l’avons répété à plusieurs reprises, étant donné la nature virtuelle du cyberespace et le fait qu’il existe toutes sortes d’acteurs en ligne qui sont difficiles à retracer, je dois souligner l’importance de disposer de suffisamment de preuves lors des enquêtes et de l’identification des incidents liés au cyberespace. Les spéculations sans fondement ne devraient pas être tolérées. Certains fonctionnaires américains sont tellement irresponsables qu’ils disent n’importe quoi pour faire de la Chine une cible. Nous nous opposons fermement à cela. Je suis sûre que ceux qui suivent depuis longtemps les questions de cybersécurité n’ont pas oublié le programme PRISM. Ils doivent également avoir entendu parler du groupe Equation. Yahoo a récemment rapporté l’autorisation secrète de la CIA de mener des cyberattaques. Une poignée de pays, dont les Etats-Unis, mènent à la moindre occasion une cyberguerre contre d’autres pays. Ils représentent la plus grande menace pour la paix et la sécurité dans le cyberespace mondial.

Je souligne une fois de plus que la cybersécurité est un problème mondial et qu’elle touche aux intérêts communs de tous les pays et doit être conjointement protégée par la communauté internationale. La mentalité de confrontation, qui rappelle la guerre froide, ne fera qu’empoisonner l’atmosphère de coopération et ne favorisera pas la paix et la sécurité du cyberespace.

Certains politiciens américains prétendent que la Chine mène des cyberattaques pour voler des résultats de recherche américains sur les vaccins contre le Covid-19. C’est parfaitement absurde.

La Chine a pris de l’avance dans la recherche et le développement de vaccins contre le Covid-19. Elle dispose de chercheurs de premier plan et n’a pas besoin de prendre de l’avance en volant quoi que ce soit. Actuellement, les équipes de recherche scientifique chinoises entreprennent de multiples tâches de recherche et de développement de vaccins à travers cinq voies techniques. Les vaccins de conception entièrement chinoise sont entrés dans les phases d’essais cliniques. Le Beijing Biological Products Institute du CNBG de Sinopharm a déjà construit la plus grande installation de production de vaccins contre le Covid-19 au monde. Les autorités compétentes, notamment l’Administration nationale des produits pharmaceutiques de Chine, s’efforcent de promouvoir le développement et la mise sur le marché de vaccins. En outre, la Chine a également travaillé activement avec les pays concernés sur la recherche et le développement, la production et la distribution de vaccins.

J’ai également vu des reportages sur un article cosigné par les dirigeants de huit pays, dont la République de Corée, l’Ethiopie et la Tunisie. Ils ont appelé tous les pays à contribuer à un mécanisme de distribution de vaccins juste et efficace. Aucun de nous n’est en sécurité tant que nous ne sommes pas tous en sécurité. Ils ont également déclaré que « la vaccination est notre meilleure chance de mettre fin à la pandémie chez nous et dans le monde – mais seulement si tous les pays ont accès au vaccin ». Nous sommes tout à fait d’accord avec eux.

En fait, le Président Xi Jinping a promis lors de la 73e Assemblée mondiale de la Santé que, quand le développement et le déploiement d’un vaccin contre le Covid-19 seront disponibles en Chine, ce sera un bien public mondial. Ce sera la contribution de la Chine à l’accessibilité et de l’abordabilité des vaccins dans les pays en développement.

La Chine n’agira pas comme certains pays et ne cherchera pas à détenir le monopole ou à acheter la totalité des vaccins et des médicaments antiépidémiques. Nous continuerons à travailler avec les pays concernés sur la recherche et le développement, la production et la distribution de vaccins. Et nous ferons de notre mieux pour contribuer aux efforts mondiaux visant à vaincre le virus le plus rapidement possible et à protéger la vie et la santé des populations.

Vous avez également mentionné les allégations des responsables américains sur les menaces de représailles de la Chine contre les entreprises américaines. C’est une distorsion typique des faits et une hégémonie flagrante. N’avez-vous pas vu comment le gouvernement américain n’a épargné aucun effort pour réprimer les entreprises chinoises, dont Huawei ? N’avez-vous pas vu comment la partie américaine a franchi toutes les limites, violé les droits de l’Homme pour intimider et arrêter les cadres d’entreprises chinoises, et incité et contraint son subordonné pour détenir illégalement Mme Meng Wanzhou ? Je me demande si une entreprise américaine a eu le même traitement ou la même expérience en Chine. La Chine ne descendra pas aussi bas que les Etats-Unis. Nous promouvrons fermement l’ouverture tous azimuts, favoriserons une économie ouverte d’un niveau plus élevé et créerons des règles du jeu équitables pour toutes les entreprises, chinoises et étrangères. Cela dit, nous ne permettrons jamais aux Etats-Unis de fouler aux pieds les droits légitimes des entreprises chinoises. Nous avons le droit de dire non à l’intimidation et à l’injustice.

AFP : Le Procureur général des Etats-Unis William Barr a déclaré que la Chine était engagée dans une blitzkrieg économique et une campagne agressive pour occuper des positions dominantes dans l’économie mondiale et dépasser les Etats-Unis. Il a averti que la Chine profiterait de la mondialisation pour répandre son idéologie politique. Quelle est la réponse de la Chine à ce sujet ?

Hua Chunying : Récemment, de nombreux hauts fonctionnaires américains ont attaqué la Chine avec des critiques sans fondement. Ils suivent simplement un scénario usé pour déformer les faits et détourner l’attention. Le monde connaît à fond leurs ruses. Je ne veux pas réfuter leurs allégations une par une. J’y apporte une réponse globale.

Ces derniers temps, les relations sino-américaines ont suscité beaucoup d’attention, de nombreuses personnes s’inquiétant d’une détérioration des relations sino-américaines. Un universitaire chinois a dit : les Etats-Unis appuient sur l’accélérateur pour détruire les relations sino-américaines, tandis que la Chine appuie sur le frein.

En effet, certains, aux Etats-Unis, motivés par des préjugés idéologiques, ne ménagent aucun effort pour décrire avec exagération la Chine comme un rival ou même un adversaire, salir et attaquer la Chine, et endiguer son développement. Ils ont politisé les échanges humains et culturels normaux, et ont transformé en arme la coopération économique, commerciale et technologique. En termes simples, attaquer la Chine est leur panacée pour régler tous les problèmes de politique intérieure. Pour leurs intérêts politiques égoïstes, ils n’hésitent même pas à prendre en otage l’opinion publique aux Etats-Unis, les relations sino-américaines et l’ordre international. Possédés par un tel mal, ils sont sur le point de perdre la raison. Leur acte à courte vue consistant à boire du poison pour étancher la soif cause un grand dommage aux Etats-Unis et au monde.

Malgré les technologies et les ressources médicales les plus avancées au monde, les Etats-Unis sont tout de même devenus le pays le plus gravement touché au monde par le Covid-19, avec le plus grand nombre de cas de personnes infectées et décédées. L’autre jour, quatre anciens directeurs du CDC américain se sont exprimés contre la politisation sans précédent des questions scientifiques dans le pays. Même le Dr Anthony Fauci, éminent expert et directeur de l’Institut national américain des allergies et des maladies infectieuses, a été la cible d’une campagne visant à rejeter la responsabilité. Un vrai « House of Cards » s’est ouvert à Washington, mettant en jeu la vie des gens et la cohésion sociale. C’est le malheur du peuple américain.

La Chine n’a jamais l’intention de défier ou de remplacer les Etats-Unis, ou d’avoir une confrontation totale avec eux. Ce qui nous importe le plus, c’est d’améliorer le bien-être de notre peuple. Ce que nous considérons comme étant le plus important, c’est de réaliser le renouveau de la nation chinoise. Et ce que nous espérons le plus, c’est maintenir la paix et la stabilité du monde. Les Etats-Unis ont sous-estimé les nobles aspirations de la Chine. Ceux qui prétendent que la Chine cherche à « surpasser les Etats-Unis en tant que superpuissance prééminente du monde » et à « renverser le système international fondé sur des règles » nous jugent à leur aune. C’est une grave erreur de jugement sur les intentions stratégiques de la Chine.

La politique de la Chine envers les Etats-Unis reste inchangée. Nous sommes disposés à développer les relations sino-américaines avec bonne volonté et sincérité. Une relation stable sino-américaine sert non seulement les intérêts fondamentaux des deux pays et de leurs peuples, mais est également nécessaire au maintien de la paix et de la stabilité mondiales. C’est également notre responsabilité en tant que première et deuxième plus grande économie du monde et membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies.

Pour atteindre cet objectif, la Chine et les Etats-Unis doivent aller dans le même sens, respecter les intérêts fondamentaux et les préoccupations majeures de chacun, respecter le droit international et les règles internationales et s’engager dans un dialogue et une consultation sur un pied d’égalité. En tant que pays indépendant, la Chine a le droit de défendre sa souveraineté, sa sécurité et ses intérêts en matière de développement, de sauvegarder les réalisations que le peuple chinois a accomplies grâce à un travail acharné, de rejeter toute intimidation et injustice qui lui sont imposées, et de contrer les calomnies malveillantes et les attaques diffamatoires de la partie américaine.

Le Conseiller d’Etat Wang Yi, dans un discours prononcé au Forum des médias et des think tanks Chine-Etats-Unis, a fait trois propositions sur la façon de redresser la situation et de remettre les relations sino-américaines sur la bonne voie : activer et ouvrir tous les canaux de dialogue ; examiner et déterminer des listes d’interactions ; et se concentrer et coopérer sur la réponse au Covid-19. Nous espérons que les Etats-Unis pourront revenir à la raison, adopter une perspective plus objective et plus calme vis-à-vis de la Chine, formuler des politiques plus rationnelles et plus pragmatiques à l’égard de la Chine et agir comme un grand pays responsable, pour être à la hauteur du mandat de leur peuple et résister à l’épreuve de l’histoire.

En réponse aux récentes diffamations et critiques contre la Chine par Pompeo et d’autres politiciens américains, les vers suivants d’un poème de Su Shi me sont venus à l’esprit : « Bravant la pluie qui frappe les feuilles à travers les bois, je chante et marche à mon rythme. »

Nikkei : Le Japon a déclaré qu’un navire chinois a mené une activité de recherche marine dans la zone économique exclusive (ZEE) près de « l’île Okinotori » sans l’approbation préalable du gouvernement japonais, et il a adressé une note à la Chine à ce sujet. Pourriez-vous nous expliquer la raison des activités soutenues de la Chine dans les eaux concernées ?

Hua Chunying : La raison est simple. Selon la CNUDM, Okinotori n’est pas une île, mais des récifs ne disposant pas de ZEE ou de plateau continental. La revendication unilatérale du Japon n’a aucun fondement juridique. Le navire de recherche chinois menant des activités dans les eaux concernées jouit de la liberté de la recherche scientifique en haute mer. Il peut le faire librement et n’a pas besoin d’obtenir l’approbation de la partie japonaise.

The Paper : Interrogé dans une interview sur les reportages selon lesquels l’administration Trump envisageait d’interdire les voyages à tous les membres du Parti communiste chinois, le Secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo a déclaré que les Etats-Unis voulaient s’assurer que cela se ferait d’une manière conforme aux traditions américaines et que le président et son équipe étudiaient de nombreuses idées à ce sujet. La porte-parole de la Maison Blanche a déclaré que « nous gardons toutes les options sur la table en ce qui concerne la Chine ». Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Hua Chunying : Ces reportages des médias américains ont suscité hier de vives réactions parmi les Chinois. Beaucoup disent qu’ils sont membres de la Ligue de la Jeunesse communiste et Jeunes pionniers, et d’autres disent qu’ils n’ont même pas envie d’aller aux Etats-Unis, étant donné que le pays en est arrivé là où il est aujourd’hui.

Le gouvernement américain n’a pas encore attesté que les reportages sont vrais. S’ils sont effectivement vrais, cela reviendra à dire que les Etats-Unis s’opposent en fait aux 1,4 milliard de Chinois, qui représentent un cinquième de la population mondiale, et agissent ridiculement contrairement aux souhaits des peuples chinois et américain, ainsi que de la tendance du 21e siècle.

La direction du PCC est la marque essentielle du socialisme à la chinoise. C’est sous la direction du PCC que le peuple chinois a obtenu son indépendance, sa liberté et sa libération, et a continuellement fait de grands progrès dans le développement national. Les pratiques ont prouvé que la voie du socialisme à la chinoise avait permis à 1,4 milliard de Chinois de se débarrasser de la pauvreté et du retard, une nouvelle contribution majeure apportée par la nation chinoise à la cause du progrès de l’humanité. Aucun pays, individu ou force n’a le droit de nier cette voie choisie par le peuple chinois et prouvée comme étant correcte par les faits, et encore moins la capacité d’empêcher la Chine d’avancer résolument sur la voie du socialisme à la chinoise.

Quant à savoir si les Etats-Unis resteront ouverts et inclusifs, ou choisiront de fermer la porte et de s’isoler du monde extérieur, c’est un choix que doivent faire le peuple et le gouvernement américains. Le monde attend et observe le choix.

Xinhua News : Selon certains médias, bien que l’économie chinoise ait été profondément affectée par l’épidémie de Covid-19 au premier trimestre de cette année, elle a affiché une tendance croissante à la reprise au premier semestre. Le PIB de la Chine a augmenté de 3,2% en glissement annuel au deuxième trimestre, selon les statistiques du Bureau national des Statistiques. Les médias pensent que cela montre que la Chine a réussi à maîtriser l’épidémie et que l’économie chinoise va rebondir plus fortement dans la seconde moitié de cette année. Avez-vous un commentaire à faire à ce sujet ?

Hua Chunying : Le Bureau national des Statistiques a publié hier les données sur les performances économiques de la Chine au cours des six premiers mois de cette année et le Bureau de l’Information du Conseil des Affaires d’Etat a récemment tenu une conférence de presse à ce sujet. J’ai remarqué que cela a également attiré l’attention des médias étrangers.

L’économie chinoise au deuxième trimestre a renoué avec la croissance après avoir enregistré une croissance négative. Les principaux indicateurs ont repris la croissance, l’économie se redresse régulièrement et les anticipations du marché sont généralement positives. Ces résultats chèrement acquis sont les résultats de nos efforts visant à maîtriser l’épidémie en temps opportun et efficacement, à coordonner les efforts de prévention de l’épidémie et le développement socioéconomique. Ils témoignent de l’efficacité de la mise en œuvre de la politique macroéconomique de manière globale et de la forte résilience et du potentiel de l’économie chinoise. Les faits ont montré que l’économie chinoise avait résisté à l’épreuve de l’épidémie et que les fondamentaux soutenant une croissance économique saine et stable restent inchangés.

La reprise d’une croissance stable de l’économie chinoise est une bonne nouvelle pour l’économie mondiale. Depuis la survenue du Covid-19, nous avons activement mené une coopération internationale antiépidémique en offrant une aide, notamment de l’argent et du matériel, à plus de 150 pays et organisations internationales pour soutenir fermement leur riposte à l’épidémie. Nous avons pleinement promu la reprise des activités et accéléré la reprise de l’ordre de la vie et du travail, contribuant positivement à la stabilisation des chaînes industrielles et d’approvisionnement mondiales. Nous avons continué d’élargir l’ouverture et de promouvoir la coopération économique et commerciale avec l’extérieur. En juin, le volume global des importations et exportations de biens de la Chine a enregistré une croissance de 5,1% sur un an, avec des importations en hausse de 6,2%, ce qui a stimulé la demande totale du monde et favorisé le développement du commerce international. Certaines institutions internationales faisant autorité sont optimistes quant aux perspectives de l’économie chinoise et prévoient que la Chine pourrait être la seule principale économie capable de maintenir une croissance positive cette année et qu’elle insufflera la confiance et la force motrice à la reprise de l’économie mondiale.

La pandémie continue de se propager dans le monde et son impact sur l’économie mondiale se poursuit. L’économie chinoise reste confrontée à d’énormes défis. Nous sommes prêts à travailler avec toutes les parties pour renforcer la coordination des politiques macroéconomiques, intensifier la coopération en matière de prévention de la pandémie et de reprise des activités, bâtir conjointement une économie mondiale ouverte et déployer des efforts inlassables pour aider l’économie mondiale à surmonter la récession et à parvenir à une reprise régulière.

China Review News : Le Secrétaire d’Etat américain Pompeo a déclaré dans une récente interview que le gouvernement américain était moralement supérieur à Beijing, affirmant que les Etats-Unis garantissaient plus de liberté à leurs citoyens. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Hua Chunying : C’est vrai ? Il est comme « l’empereur dans ses habits neufs », complètement immergé dans son propre monde. Veuillez d’abord donner à Floyd et aux autres Afro-Américains la liberté de respirer.

Kyodo News : Il est rapporté que l’administration américaine mettra en vigueur la Loi d’autorisation de la défense nationale à partir du 13 août, interdisant au gouvernement américain d’acheter des produits ou services à toute entreprise utilisant les produits de cinq entreprises chinoises, dont Huawei et ZTE. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Hua Chunying : Je viens d’exposer clairement le point de vue de la Chine sur les récentes déclarations et actions du gouvernement américain. En ce qui concerne la question de Huawei, les Etats-Unis n’ont pas la moindre preuve prouvant que Huawei constitue une menace pour leur sécurité nationale. Huawei est une entreprise chinoise plus avancée que ses homologues américains dans le domaine de la 5G, et c’est là son plus gros défaut aux yeux des Etats-Unis. Les Etats-Unis ne peuvent tolérer rien de mieux qu’eux, ils ont donc abusé de leur pouvoir d’Etat pour opprimer des entreprises chinoises, dont Huawei, avec des accusations fabriquées de toutes pièces. Il s’agit d’une sorte d’intimidation économique, d’un rejet flagrant des principes de l’économie de marché dont les Etats-Unis se sont toujours vantés. Le monde le voit très clairement.

Nous exhortons la partie américaine à cesser d’abuser du concept de sécurité nationale, à cesser de calomnier la Chine et d’opprimer gratuitement certaines entreprises chinoises, et à fournir un environnement équitable, juste et non discriminatoire aux entreprises chinoises pour mener des activités normales aux Etats-Unis. Les entreprises américaines espèrent toutes que la Chine leur offrira un environnement équitable, juste et non discriminatoire. Mais elles devraient également se mettre à la place de Huawei et réfléchir à cette question : y a-t-il une entreprise d’un autre pays que la Chine qui a été traitée de manière si injuste, injustifiée et brutale aux Etats-Unis, comme Huawei et d’autres entreprises chinoises ? Je pense que les pays et les personnalités qui ont le sens de la justice devraient se lever et faire appel.

Bloomberg : Le Premier ministre britannique Boris Johnson prévoit de tenir une conférence de presse vendredi sur les affirmations du Royaume-Uni, qui sont corroborées par le Canada et les Etats-Unis, selon lesquelles des groupes de piratage liés à la Russie ont tenté de voler des résultats de recherche sur le vaccin contre le coronavirus. Quel est votre commentaire à ce sujet ? En outre, les institutions chinoises ont-elles subi des tentatives de piratage similaires relatives à leurs recherches sur le coronavirus ?

Hua Chunying : Compte tenu de la nature virtuelle du cyberespace et du fait qu’il existe toutes sortes d’acteurs en ligne qui sont difficiles à retracer, tous les pays doivent présenter suffisamment de preuves lorsqu’ils accusent les autres d’incidents liés au cyberespace, sinon c’est irresponsable. Nous espérons que tous les pays joueront franc jeu en accélérant la recherche et le développement de vaccins et contribueront à leur accessibilité et à leur abordabilité dans le monde entier. C’est une bonne action pour l’humanité. Nous avons besoin d’une concurrence et d’une interaction saines, pas d’attaques malveillantes.

Bloomberg : Taïwan a déclaré que son haut représentant à Hong Kong était rentré dans l’île en raison d’« obstacles politiques non nécessaire ». Certains médias locaux ont rapporté qu’il avait refusé de signer une déclaration soutenant « une Chine ». La Chine a des commentaires à faire à ce sujet ?

Hua Chunying : Je ne suis pas au courant de la situation. Il n’y a qu’une seule Chine dans le monde, ceci étant un fait et un consensus international. Comment certains à Taïwan peuvent-ils qualifier cela d’« obstacle politique non nécessaire » ?

********************************************

Hua Chunying : Pour finir la conférence de presse d’aujourd’hui, je voudrais, avec grand plaisir, vous présenter mon nouveau collègue Wang Wenbin, nouveau porte-parole du Ministère des Affaires étrangères et Directeur général adjoint du Département de l’Information.

Le Directeur général adjoint Wang Wenbin s’est engagé dans le travail diplomatique il y a 27 ans. Il a travaillé au Département de l’Information, au Département des Affaires de l’Europe occidentale, au Département de la Planification politique et à la Direction générale du Ministère des Affaires étrangères, ainsi que dans les missions diplomatiques chinoises au Sénégal, au Cameroun et à Maurice. Il a été ambassadeur de Chine en Tunisie de 2017 à 2020. Le Directeur général adjoint Wang Wenbin est un diplomate chevronné et un bon communicant. Je pense qu’il deviendra bientôt l’ami de tous les journalistes chinois et étrangers. Je pense que nos amis de la presse soutiendront le Directeur général adjoint Wang Wenbin comme ils m’ont soutenue et comme ils ont soutenu tous les porte-parole précédents. Je vais maintenant lui donner la parole.

Wang Wenbin : Chers amis de la presse, bon après-midi ! Merci à la Directrice générale Hua Chunying de m’avoir présenté aujourd’hui. J’ai le grand plaisir et l’honneur de vous rencontrer tous sur cette estrade. Comme l’a dit la Directrice générale Hua, je suis diplomate depuis 27 ans, mais je suis un débutant en tant que porte-parole du Ministère des Affaires étrangères. Je ferai de mon mieux pour apprendre de mes prédécesseurs et communiquer sincèrement avec nos amis journalistes. Je vous présenterai la politique étrangère et les visions diplomatiques de la Chine de manière opportune et précise afin de renforcer la compréhension mutuelle et l’amitié entre le peuple chinois et le reste du monde. Dans les jours à venir, je prendrai chacune de vos questions au sérieux et je faciliterai votre travail au mieux de mes capacités. Dans le même temps, j’attends également avec impatience votre compréhension et votre soutien. A cause de l’épidémie, je crains de ne pas pouvoir vous serrer la main aujourd’hui, mais je pense que nous aurons beaucoup d’occasions de nous parler à l’avenir. Je vous remercie !

Hua Chunying : Le Directeur général adjoint Wang Wenbin tiendra la conférence de presse régulière à partir de la semaine prochaine. Nous nous réjouissons de votre participation et de vos questions. C’est la fin de la conférence de presse d’aujourd’hui. Bon week-end.

Suggest To A Friend:   
Print