Page d'accueil > Actualités de la Chine
Conférence de presse du 31 juillet 2020 tenue par le Porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Wang Wenbin
2020/07/31

Macao Monthly : Le système chinois de navigation par satellite BeiDou-3 a été officiellement inauguré ce matin. Certains médias considèrent que cela fait partie des efforts de Beijing visant à accroître son influence à l'étranger en matière de haute technologie. Quel est votre commentaire à ce sujet ?

Wang Wenbin : Aujourd'hui est un jour de fierté et d'encouragement pour le peuple chinois. Ce matin, le Président Xi Jinping a assisté à la cérémonie marquant l'achèvement et le lancement du système de navigation par satellite BeiDou-3 (BDS-3) et a annoncé la mise en service de ce système construit et exploité de manière indépendante par la Chine. Cela ouvre un nouveau chapitre où le service de qualité du système bénéficiera aux populations du monde entier.

Comme nous le disons souvent, le système de navigation par satellite BeiDou-3 n'appartient pas seulement à la Chine, mais aussi au monde ; il sert la Chine ainsi que le monde entier. Après son achèvement, il fournira aux utilisateurs mondiaux des services tels que de la navigation de base, des communications mondiales par messages courts, et des services internationaux de recherche et de sauvetage. Ce système couvre désormais plus de 200 pays et régions, sert plus de 100 millions d'utilisateurs et fournit 200 millions de services par jour. Plus de la moitié des pays du monde l'utilisent actuellement.

Le Bureau des affaires spatiales des Nations unies a récemment envoyé une vidéo de félicitations pour saluer le rôle positif de BDS-3 dans le développement économique et social mondial et sa grande contribution à l'utilisation pacifique de l'espace extra-atmosphérique et à la coopération internationale dans les activités spatiales des Nations unies.

J'ai dit ici la semaine dernière que les efforts de la Chine en matière d'espace constituaient une part importante de l'exploration et de l'utilisation pacifiques de l'espace extra-atmosphérique par l'humanité et étaient entièrement destinés à des fins pacifiques. L'univers est suffisamment vaste pour que tous les pays mènent une exploration et une coopération conjointes. Sur la base du respect mutuel, de l'ouverture et de l'inclusivité, de l'égalité et des avantages mutuels, la Chine est prête à renforcer les échanges et la coopération dans le domaine de l'espace et à partager le fruit du développement aérospatial avec les autres pays, et à contribuer au progrès de la civilisation et de la société humaines ainsi qu'à la construction d'une communauté de destin pour l'humanité.

Reuters : Selon un reportage de Reuters, des sources des services de sécurité américains affirment que deux pirates chinois ont été inculpés aux Etats-Unis plus tôt ce mois-ci pour avoir mené des cyberattaques contre Moderna, un des principaux développeurs de vaccins contre le coronavirus. Quel est votre commentaire ?

Wang Wenbin : Récemment, de soi-disant sources du gouvernement américain ont accusé la Chine de piratage informatique pour vol de technologie et de données de la recherche américaine sur les vaccins, mais elles n'ont pu fournir aucune preuve. De telles allégations sont pure calomnie. Les sources sont toutes citées de façon anonyme. La communauté internationale peut voir clairement ces stratagèmes diffamatoires.

Comme nous l'avons répété à plusieurs reprises, la Chine a pris de l'avance dans la recherche et le développement d'un vaccin contre le Covid-19. Nous n'avons pas besoin de prendre de l'avance par le vol et nous ne l'avons jamais fait. Au contraire, nous craignons qu'un certain pays voleur ne vole notre technologie en piratant.

Nous exhortons certains départements et individus du gouvernement américain à cesser de salir la Chine en fabriquant des rumeurs. Nous appelons également les médias concernés à s'abstenir de fournir des plateformes et canaux de diffusion pour une telle désinformation anonyme et sans fondement.

New York Times : Demain, cela fera un mois que la nouvelle loi sur la sécurité nationale aura été mise en application à Hong Kong. Cette loi a suscité de nombreuses critiques de l'étranger. Certains pays ont imposé des sanctions. Etant donné les vives réactions à l'étranger, la Chine réévalue-t-elle la mise en œuvre de la loi sur la sécurité nationale ?

Wang Wenbin : Tout d'abord, je dois corriger un élément inexact dans votre question. Vous avez dit que de nombreux pays avaient critiqué la Chine au sujet de la loi sur la sécurité nationale. Ce n'est pas vrai. En fait, lors de la récente 44e session du Conseil des droits de l'Homme des Nations unies, 54 pays se sont prononcés, dans une déclaration commune, en faveur de l'élaboration par la Chine de la loi sur la préservation de la sécurité nationale à Hong Kong.

En ce qui concerne notre position sur la loi, je peux vous dire ceci : Hong Kong est une région administrative spéciale de la Chine, les affaires de Hong Kong relèvent purement des affaires intérieures de la Chine, aucun pays étranger ni aucune organisation étrangère n'a le droit de s'y immiscer. Un petit nombre de pays ont imposé de soi-disant sanctions à la Chine, en violation du principe de non-ingérence dans les affaires intérieures des autres pays, une norme fondamentale régissant les relations internationales. La Chine s'y oppose fermement et a pris des contre-mesures.

Je dois souligner que la Chine ne sera intimidée par l'intimidation d'aucune force extérieure. Notre détermination à sauvegarder la souveraineté, la sécurité et les intérêts en matière de développement du pays, à appliquer le principe dit « un pays, deux systèmes » et à nous opposer à toute ingérence étrangère dans les affaires de Hong Kong est ferme et inébranlable.

AFP : Avez-vous une réponse au commentaire de l'ancien gouverneur de Hong Kong Chris Patten, hier, selon lequel la loi sur la sécurité nationale a été utilisée par Beijing pour mener une épuration politique scandaleuse ?

Wang Wenbin : Le commentaire de Chris Patten n'a aucun fondement factuel.

Je voudrais réaffirmer que la loi sur la préservation de la sécurité nationale à Hong Kong ne cible qu'une catégorie très restreinte d'actes criminels mettant en péril la sécurité nationale et protège l'écrasante majorité. Elle n'affectera pas les droits et libertés légitimes des résidents de Hong Kong et en garantira mieux l'exercice dans un environnement sûr. Avec la mise en œuvre de la loi, Hong Kong bénéficiera d'un système juridique plus complet et d'un ordre social plus stable, la stabilité durable à Hong Kong et le bien-être fondamental des résidents de Hong Kong seront efficacement garantis.

RIA Novosti : Hier, l'Union européenne a imposé des sanctions contre deux ressortissants chinois et une entité chinoise pour cyberattaque présumée. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Wang Wenbin : La Chine est un ardent défenseur de la cybersécurité et aussi l'une des victimes des cyberattaques. Conformément à la loi, nous avons sévi contre de telles attaques lancées en Chine ou utilisant les infrastructures informatiques chinoises. Notre position sur la question concernée est cohérente et claire.

Nous sommes profondément préoccupés par la déclaration de l'UE et suivrons de près les développements concernés. Dans le même temps, nous notons également que l'UE a déclaré que la mesure concernée ne visait aucun pays spécifique. L'identification de l'origine des cyberattaques est une question extrêmement complexe et sensible. La communauté internationale devrait régler les différends liés au cyberespace par le dialogue et la coopération. Nous espérons que l'UE et ses Etats membres prendront les faits comme base pour porter leurs jugements indépendants et rationnels, au lieu de recourir à des mesures punitives ou antagonistes. Sinon, les tensions et les affrontements seront exacerbés au détriment de la sécurité et de la stabilité dans le cyberespace.

CRI : Le Forum sur la médecine traditionnelle 2020 de l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS) s'est tenu hier avec succès par liaison vidéo. C'est la première fois que l'OCS organise une conférence sur la médecine traditionnelle. Quelle est la signification de cette réunion pour la coopération entre les membres de l'OCS dans la lutte contre le Covid-19 ?

Wang Wenbin : Comme vous l'avez dit, c'est la première fois que l'OCS tient une réunion sur la médecine traditionnelle. Le thème de la réunion est de tirer pleinement parti des avantages uniques de la médecine traditionnelle pour lutter contre le Covid-19 avec solidarité et coopération. Shen Yueyue, Vice-Présidente du Comité permanent de l'Assemblée populaire nationale de Chine et Présidente du Comité de bon voisinage, d'amitié et de coopération de l'OCS, a assisté à la cérémonie d'ouverture et a prononcé un discours. De hauts fonctionnaires des Etats membres de l'OCS, des responsables de leurs départements de la santé, des représentants du Secrétariat de l'OCS et de l'OMS, des experts et des universitaires des pays concernés et des envoyés diplomatiques en Chine ont assisté à la réunion.

Dans la lutte contre le Covid-19, la médecine traditionnelle chinoise a apporté des contributions exceptionnelles, et la médecine traditionnelle de divers pays a également joué un rôle unique et positif. Ces dernières années, la Chine et les pays de l'OCS ont mené des échanges et une coopération dans le domaine de la médecine traditionnelle à différents niveaux. La Chine a signé des mémorandums d'entente de coopération avec les départements en charge de la santé ou de la médecine traditionnelle du Kirghizistan, d'Inde et d'autres pays. La construction de centres de médecine traditionnelle chinoise est en cours en Russie, au Kazakhstan, au Kirghizistan, en Ouzbékistan et au Népal. La Chine a également organisé diverses formes d'échanges académiques avec ces pays et a effectivement promu l'apprentissage mutuel dans le domaine de la médecine traditionnelle.

La pandémie de Covid-19 se propage toujours dans le monde. La Chine est prête à travailler avec toutes les parties pour maintenir la coopération internationale contre le Covid-19 dans la bonne direction, continuer à porter haut l'étendard de « l'esprit de Shanghai », mettre pleinement en valeur les avantages de notre médecine traditionnelle respective, approfondir la coopération au sein de l'OCS sur la santé et la prévention des épidémies, et construire conjointement une communauté de santé pour l'OCS.

Global Times : Le 30 juillet, le Secrétaire d'Etat américain Pompeo a attaqué le PCC lors d'une audition de la Commission des affaires étrangères du Sénat et a critiqué la Chine sur des questions liées à la mer de Chine méridionale, à Hong Kong, au Xinjiang, aux droits de l'Homme et à la religion. La Chine a-t-elle des commentaires à faire à ce sujet ?

Wang Wenbin : Alors que le peuple américain est aux prises avec une double crise en termes de santé publique et de difficultés économiques provoquée par la pandémie de Covid-19, Pompeo, en sa qualité de Secrétaire d'Etat, est occupé à répandre des mensonges visant à attaquer et salir la Chine, au lieu de se concentrer sur la coopération internationale et la sauvegarde de la santé et des emplois du peuple américain. Son intention de détourner l'attention à la recherche d'intérêts politiques égoïstes est claire comme le jour.

Les remarques de Pompeo sont une mosaïque de mensonges politiques contre la Chine qui ignorent les faits et déforment la vérité. La Chine a annoncé à plusieurs reprises sa position solennelle et le monde a un jugement juste à ce sujet. Selon une enquête récemment publiée par un institut américain, 95% des Chinois font confiance au gouvernement dirigé par le PCC, la Chine se classant en tête de tous les pays étudiés. Les dirigeants de certains pays ont ouvertement déclaré qu'ils formuleraient des politiques à l'égard de la Chine en fonction de leurs intérêts nationaux au lieu de suivre aveuglément les Etats-Unis, et qu'ils n'avaient pas l'intention de prendre parti entre la Chine et les Etats-Unis.

Poussés par la mentalité de la guerre froide et des intérêts égoïstes, Pompeo et ses semblables tentent de rallier la communauté internationale au combat anti-Chine et anti-PCC. Cependant, ses tentatives sont vouées à l'échec, parce que le monde ne les appréciera pas, les gens épris de paix ne le permettront pas, et le peuple chinois ne sera pas intimidé. Je tiens à souligner que l'ignorance, l'arrogance, la myopie et la haine ne peuvent servir de base à la politique étrangère. En réponse aux propos et aux actes hostiles de certains politiciens américains, le peuple chinois ne fera que s'unir plus étroitement autour du PCC, s'efforcera de réaliser le grand renouveau de la nation chinoise et travaillera avec les autres pays pour le brillant avenir d'une communauté de destin pour l'humanité.

NHK : Le Secrétaire d'Etat américain Pompeo a publié hier une déclaration présentant ses condoléances pour le décès de Lee Teng-hui au nom du peuple américain. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Wang Wenbin : J'ai remarqué cette information. L'« indépendance de Taïwan » est une impasse. Aucun individu ni aucune force ne peut entraver la tendance historique à la réunification et au renouveau nationaux de la Chine. Nous exhortons le pays concerné à adhérer au principe d'une seule Chine, à traiter avec prudence les questions liées à Taïwan et à éviter d'envoyer un signal erroné aux forces sécessionnistes de Taïwan.

Suggest To A Friend:   
Print