Page d'accueil > Actualités de la Chine
Conférence de presse du 7 avril 2021 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian
2021/04/07

Agence de presse Xinhua : Hier, la Chine a publié un livre blanc intitulé « Réduction de la pauvreté : l’expérience et la contribution de la Chine » afin de partager l’expérience de la Chine en matière de réduction de la pauvreté avec la communauté internationale. Compte tenu des faits que le monde est toujours confronté à une situation grave de la pauvreté et que la fracture sociale se creuse dans certains pays, quelle est la signification des pratiques de réduction de la pauvreté de la Chine pour le processus mondial de réduction de la pauvreté ?

Zhao Lijian : Hier, la Chine a publié le livre blanc intitulé « Réduction de la pauvreté : l’expérience et la contribution de la Chine », qui a fait le bilan global du combat solidaire contre la pauvreté du peuple chinois sous la direction du Parti communiste chinois (PCC), en particulier du grand parcours de la victoire dans la lutte décisive contre la pauvreté depuis le 18e Congrès national du PCC, en présentant l’exploration et les pratiques chinoises dans la réduction de la pauvreté de l’humanité et en partageant l’expérience et les approches de la Chine en matière de réduction de la pauvreté.

La Chine a toujours accordé la priorité à son peuple, mis en exergue la réduction de la pauvreté dans la gouvernance de l’État, éradiqué la pauvreté par le développement, fait progresser le processus de réduction de la pauvreté en se basant sur la réalité, fait jouer le rôle principal des masses pauvres, et rassemblé toutes les forces pour former une forte synergie afin de tracer une voie de réduction de la pauvreté aux caractéristiques chinoises.

En ce qui concerne les réalisations de la Chine en matière de réduction de la pauvreté, je vais vous présenter trois chiffres. Premièrement, depuis la mise en œuvre de la politique de réforme et d’ouverture, d’après le seuil de pauvreté actuel, 770 millions d’habitants ruraux démunis de la Chine sont sortis de la pauvreté ; deuxièmement, d’après le seuil international de pauvreté fixé par la Banque mondiale, la population chinoise sortie de la pauvreté représente plus de 70% de la population mondiale sortie de la pauvreté au cours de la même période ; troisièmement, la Chine a atteint 10 ans à l’avance l’objectif de l’éradication de la pauvreté fixé dans le Programme de développement durable à l’horizon 2030 des Nations Unies. La pratique de la Chine en matière de réduction de la pauvreté a non seulement permis à des centaines de millions de Chinois de vivre une vie meilleure, mais a également considérablement réduit le nombre des personnes pauvres dans le monde et élargi la capacité humaine de surmonter la pauvreté. Il s’agit non seulement d’un événement marquant dans l’histoire du développement de la nation chinoise, mais aussi d’un événement majeur dans l’histoire de la réduction de la pauvreté de l’humanité.

Les pratiques de la réduction de la pauvreté chinoises montrent que la pauvreté n’est pas invincible. La voie de la réduction de la pauvreté aux caractéristiques chinoises fournit des idées et des références pour résoudre les questions difficiles dans la gouvernance des pays à notre époque. La Chine est disposée à continuer de renforcer les échanges et la coopération avec les autres pays sur la réduction de la pauvreté et à contribuer davantage à l’édification d’une communauté d’avenir partagé à l’abri de la pauvreté et jouissant d’un développement commun.

Bloomberg : Le porte-parole du Département d’État des États-Unis Ned Price a déclaré que sur la question des Jeux Olympiques d’hiver de Beijing 2022, les États-Unis continueraient de négocier avec leurs alliés pour clarifier leurs préoccupations communes et formuler une approche commune. Quelle est votre réponse à cela ? La Chine craint-elle que les discussions concernées conduisent à un boycott total ou partiel des Jeux Olympiques d’hiver de Beijing ?

Zhao Lijian : En ce qui concerne la déclaration des États-Unis au sujet des Jeux Olympiques d’hiver de Beijing que vous avez mentionnée, nous avons lu des reportages selon lesquels le porte-parole du Département d’État américain a déjà fait une clarification. La partie américaine a déclaré qu’elle n’avait aucune intention de boycotter les Jeux Olympiques d’hiver de Beijing.

Ce que je veux souligner, c’est que le prétendu « génocide » au Xinjiang est un mensonge pur et simple du siècle. Nous avons présenté la situation réelle du Xinjiang dans tous les aspects à de nombreuses occasions. Si les États-Unis s’obstinent à fermer les yeux sur les faits et la vérité, attaquent et discréditent délibérément la Chine sur la base de ces mensonges, ils subiront certainement un échec. Cela nuira non seulement à la crédibilité et aux intérêts des États-Unis eux-mêmes, mais fera également l’objet d’une opposition absolue du peuple chinois et d’une réaction vigoureuse de la Chine.

Quant au prétendu boycott conjoint des Jeux Olympiques d’hiver de Beijing, je tiens également à souligner que la politisation du sport est contraire à l’esprit de la Charte olympique et nuit aux intérêts des athlètes de tous les pays et à la cause olympique internationale. La communauté internationale, y compris le Comité olympique et paralympique des États-Unis, ne l’acceptera pas. Nous avons la confiance de travailler avec toutes les parties pour faire des Jeux Olympiques d’hiver de Beijing un événement olympique extraordinaire et exceptionnel.

China Daily : Le 6 avril, le Fonds monétaire international (FMI) a publié son dernier rapport sur les Perspectives de l’économie mondiale, prévoyant une croissance de 6% pour l’économie mondiale en 2021 et 4,4% en 2022. Selon les prévisions, l’économie chinoise devrait enregistrer une croissance de 8,4% en 2021 et 5,6% en 2022. En outre, le FMI a également publié son rapport sur la stabilité financière mondiale. Selon le FMI, les mesures prises par la Chine ont été rapides et efficaces, par conséquent, le pays est sorti de la crise épidémique plus rapidement que tout autre pays. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : Nous avons noté les rapports concernés. Depuis le début de cette année, avec le déploiement progressif des vaccins contre la COVID-19 et les efforts incessants pour relever l’économie dans tous les pays, l’économie mondiale a montré des signes de reprise. Le FMI a prévu une dynamique plus forte de la reprise de l’économie mondiale. C’est un résultat des efforts actifs de tous les pays pour promouvoir la coopération internationale dans la lutte contre l’épidémie, ainsi que la reprise du travail et de la production. Cela démontre la nécessité et l’efficacité du renforcement de la solidarité et de la coordination, et de la riposte conjointe à la crise mondiale au sein de la communauté internationale.

Depuis l’année dernière, face aux chocs multiples, y compris la propagation de l’épidémie et la récession profonde de l’économie mondiale, la Chine a adopté en temps opportun et de manière décisive des politiques macroéconomiques efficaces, et promu de façon coordonnée la prévention et le contrôle de l’épidémie ainsi que le développement économique et social. Cela a permis à l’économie chinoise d’être la première à surmonter la crise en 2020 et à retrouver son niveau d’avant la COVID-19, et d’injecter une dynamique puissante à la reprise et au développement de l’économie mondiale. La décision du FMI de réviser à la hausse ses prévisions de la croissance de la Chine reflète également l’appréciation par la communauté internationale des politiques et mesures chinoises ainsi que sa ferme confiance dans les perspectives du développement de la Chine.

Dans le même temps, nous constatons également qu’aujourd’hui, la pandémie de COVID-19 continue de se propager à l’échelle mondiale, la reprise évolue différemment dans différents pays, l’élan de la reprise de l’économie mondiale reste instable, les perspectives de développement sont confrontées à de grandes incertitudes, et l’impact profond de l’épidémie continue de croître. La communauté internationale doit unir ses efforts, aller courageusement de l’avant et travailler ensemble pour promouvoir une reprise et un développement solides, équilibrés et durables de l’économie mondiale.

En tant que grand pays responsable, la Chine continuera de promouvoir de manière coordonnée la prévention et le contrôle de l’épidémie ainsi que le développement économique et social. Alors que la Chine est entrée dans une nouvelle phase du développement, nous suivrons le nouveau concept de développement, en créant une nouvelle dynamique de développement, en renforçant l’ouverture sur l’extérieur de manière globale et en promouvant inébranlablement le développement de qualité. Nous travaillerons avec le reste du monde pour construire une économie mondiale ouverte, renforcer la coordination des politiques macroéconomiques, intensifier continuellement la coopération internationale antiépidémique, promouvoir une reprise rapide de la coopération économique et commerciale internationale, et mieux garantir la fluidité et la stabilité des chaînes industrielles et d’approvisionnement, afin d’apporter une contribution positive à la stabilité économique mondiale.

Global Times : Le porte-parole du Département d’État américain Ned Price a déclaré le 6 avril que les initiatives des États-Unis étaient utiles en ce qui concernait les graves violations des droits de l’homme dont ils se préoccupaient, telles que le « génocide » commis par la Chine au Xinjiang. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : Comme nous l’avons dit à plusieurs reprises, le soi-disant « génocide » au Xinjiang est le mensonge le plus absurde du siècle. Plus la partie américaine concocte « inlassablement » des mensonges liés aux droits de l’homme en Chine et se fait passer pour un « défenseur » des droits de l’homme, plus cela démontre son manque de confiance en sa propre situation en matière de droits de l’homme, dont le problème est si récurrent et difficile qu’elle ne peut détourner l’attention qu’en salissant la réputation d’autrui. Ces manœuvres visant à tromper le monde n’aboutiront à rien.

La feuille de vigne des droits de l’homme des États-Unis ne couvre plus depuis longtemps les maux qu’ils ont commis, et l’Histoire et la réalité ont déjà documenté tous leurs crimes de violations des droits de l’homme. Je vais vous en citer quelques-uns.

Le premier péché : le colonialisme. Les États-Unis ont perpétré dans l’histoire du nettoyage ethnique systématique et des massacres contre les Amérindiens, commettant des génocides et des crimes contre l’humanité dépassant toute description. Au cours des presque 100 ans qui ont suivi leur fondation¸ les États-Unis ont expulsé et tué sans scrupule les Amérindiens par la conquête de l’Ouest. La population amérindienne a chuté en passant de 5 millions à la fin du 15e siècle à 250 000 au début du 20e siècle.

Le deuxième péché : le racisme. Aux États-Unis, le racisme est présent de manière globale, systématique et persistante. Le Comité pour l’élimination de la discrimination raciale des Nations Unies a indiqué depuis longtemps que les Afro-Américains étaient confrontés à un racisme systématique quant à leurs droits dans des domaines tels que la santé, l’emploi, l’éducation et l’accès à un procès équitable. Les crimes haineux contre les Américains d’origine asiatique ont augmenté de 150% depuis mars de l’année dernière, soit le début de la pandémie. Lorsque le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies examinait le rapport sur les droits de l’homme aux États-Unis cette année, plus de 110 pays ont formulé des critiques sur les problèmes des droits de l’homme aux États-Unis, demandant aux États-Unis de prendre des mesures concrètes pour résoudre leurs problèmes systématiques tels que la discrimination raciale.

Le troisième péché : l’exportation de troubles. Depuis 2001, les guerres lancées et les opérations militaires menées par les États-Unis au nom de la « lutte contre le terrorisme » dans quelque 80 pays du monde ont fait plus de 800 000 morts, dont quelque 330 000 civils, et causé le déplacement de dizaines de millions de personnes en Afghanistan, en Irak, en Syrie et dans d’autres pays. Le « printemps arabe » soutenu et fomenté par les États-Unis et l’Occident a plongé de nombreux pays d’Asie de l’Ouest et d’Afrique du Nord dans les troubles jusqu’à aujourd’hui.

Le quatrième péché : l’interventionnisme. Depuis de nombreuses années, sous la bannière de la primauté des droits de l’homme sur la souveraineté, les États-Unis ont ignoré les principes de respect de la souveraineté nationale et de non-ingérence dans les affaires intérieures d’autrui énoncés dans la Charte des Nations Unies, et lancé des attaques violentes contre des pays souverains. Les États-Unis ont également imposé des sanctions unilatérales aux pays en développement concernés, entraînant de graves crises humanitaires. Permettez-moi de poser la question : comment pourrait-il y avoir des œufs intacts lorsque le nid est renversé ? Et si la souveraineté nationale est perdue, comment les droits de l’homme pourront-ils être garantis ?

Le cinquième péché : le « deux poids deux mesures ». Les États-Unis, au mépris des faits démontrant que le Xinjiang jouit du développement et de la prospérité et que les 25 millions d’habitants de tous les groupes ethniques de la région vivent en harmonie et solidarité, ont arbitrairement collé l’étiquette du « génocide » sur la Chine en se fondant seulement sur les récits de quelques prétendus « témoins ». Comment l’administration américaine, qui « s’est creusée la tête » pour les habitants musulmans ouïgours du Xinjiang de la Chine, traite-t-elle les musulmans aux États-Unis ? Après les attentats du 11 septembre, les communautés musulmanes dans certaines villes des États-Unis ont même été victimes d’actes extrêmes tels que le vandalisme et le saccage des mosquées, et les groupes musulmans sont devenus la cible d’attaque des émeutiers blancs. En 2017, la précédente administration américaine a mis en place le décret d’« interdiction des musulmans » (« Muslim Ban »), faisant des États-Unis le seul pays au monde à avoir promulgué une interdiction visant spécifiquement la communauté musulmane. Un sondage des États-Unis a montré que plus de 80% des personnes interrogées pensaient que les musulmans étaient confrontés à la discrimination aux États-Unis.

Depuis longtemps, les États-Unis se vantent d’une part comme un soi-disant « modèle en matière de droits de l’homme » en se leurrant eux-mêmes et en leurrant les autres, et pratiquent d’autre part sans scrupule le « deux poids deux mesures » sur les questions de droits de l’homme en les utilisant comme un outil pour maintenir leur hégémonie. Nous exhortons les États-Unis à mettre de côté leur arrogance et leurs préjugés, à faire face à leurs propres problèmes graves en matière de droits de l’homme, à les examiner, et à prendre des mesures concrètes pour les améliorer, au lieu de montrer du doigt et de faire des remarques irresponsables sur les autres pays.

Reuters : La Turquie a convoqué mardi l’Ambassadeur de Chine en Turquie après que l’Ambassade de Chine en Turquie avait déclaré qu’elle avait le droit de répondre aux critiques de dirigeants de l’opposition turque sur la « violation » des droits de l’homme des Ouïgours par la Chine. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : Récemment, certaines personnalités en Turquie ont ouvertement soutenu les terroristes sur Twitter, défié la souveraineté et l’intégrité territoriale de la Chine, et même tenu des propos erronés incitant ouvertement à diviser la Chine. L’Ambassade de Chine en Turquie a déclaré sans tarder la position solennelle de la Chine. La réponse concernée de l’Ambassade de Chine en Turquie est totalement juste, raisonnable et irréprochable.

La Turquie est elle-même depuis longtemps en proie au terrorisme et aux forces séparatistes. Nous espérons que les personnalités de tous les horizons de Turquie pourront voir de manière correcte, rationnelle et objective la position ferme de la Chine dans la sauvegarde de la souveraineté et de l’intégrité territoriale ainsi que ses mesures de lutte contre le terrorisme et de déradicalisation, et travailleront avec la Chine pour préserver l’intérêt général des relations de coopération stratégique Chine-Turquie par des actions concrètes.

The Paper : Selon des reportages, trois rapporteurs spéciaux du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies ont publié récemment une lettre conjointe adressée à l’administration américaine, accusant l’administration et l’armée américaines de violations continues des droits de l’homme des Chamorros, peuple autochtone de Guam, et exprimant leurs sérieuses préoccupations quant au renforcement des armements par les États-Unis à Guam en l’absence de consultation ample avec la population chamorro et aux menaces qui en découlaient pour les droits aux terres, aux ressources ainsi que les droits environnementaux et culturels des autochtones. L’administration américaine n’a pas encore donné de réponse à cet égard. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : J’ai remarqué les reportages que vous avez mentionnés.

J’ai lu des reportages selon lesquels les habitants de Guam, un territoire américain d’outre-mer, sont toujours des « citoyens américains de seconde classe » qui ont la nationalité américaine mais sont dépourvus jusqu’à présent de droit de vote aux élections américaines. Leur pays natal est considéré par les États-Unis comme un avant-poste militaire dans la région Asie-Pacifique. Les terres à usage civil ont été constamment empiétées. Un tiers de l’ensemble du territoire de l’île a été transformé en base militaire qui pourtant ne cesse d’agrandir, menaçant gravement l’industrie touristique locale et les moyens de subsistance des habitants autochtones.

La Chine soutient toujours fermement la cause de la décolonisation. Nous soutenons le rôle joué par les Nations Unies comme il se doit dans les questions de décolonisation. Nous exhortons les États-Unis à regarder en face leurs propres problèmes de droits de l’homme et à prendre des actions concrètes pour protéger les droits et intérêts légaux des habitants autochtones de Guam.

AFP : Le Président des Palaos a déclaré dans une récente interview que Taiwan était un « pays démocratique », que les Palaos maintiendraient des « relations diplomatiques » avec Taiwan et n’établiraient pas de relations diplomatiques avec la République populaire de Chine. Quelle est la réponse de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : Nous nous opposons fermement aux remarques concernées que vous avez mentionnées. Comme nous le savons tous, le principe d’une seule Chine est une des normes fondamentales régissant les relations internationales respectées par l’écrasante majorité des pays du monde.

*******************************

Le Ministère des Affaires étrangères et le gouvernement populaire de la province du Hubei organiseront un événement spécial de promotion mondiale du Hubei le 12 avril à 16h45 dans le Lanting du Bâtiment Sud du Ministère. Ayant pour thème « Hubei héroïque : renaissance pour de nouvelles gloires », l’événement se tiendra en ligne et hors ligne. Le Conseiller d’État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi y participera et prononcera un discours, le Secrétaire du Comité du PCC pour la province du Hubei Ying Yong, le Gouverneur de la province du Hubei Wang Xiaodong et le Secrétaire du Comité du PCC pour la municipalité de Wuhan Wang Zhonglin y participeront et donneront des allocutions. Des Chefs des missions diplomatiques accréditées en Chine et des amis étrangers qui ont contribué à la lutte antiépidémique de Wuhan seront invités à prendre la parole. Il s’agit du premier événement de promotion mondiale des provinces, régions et villes chinoises organisé par le Ministère des Affaires étrangères depuis l’apparition de l’épidémie.

Face à l’impact sévère de la pandémie de COVID-19 en 2020, sous la forte direction du Comité central du PCC avec le camarade Xi Jinping en son centre, le peuple chinois de toutes les ethnies et de tous les fronts à travers le pays s’est uni ensemble pour combattre l’épidémie en vue de gagner la bataille pour défendre Wuhan et le Hubei, obtenant des résultats stratégiques majeurs dans la prévention et le contrôle de l’épidémie. Les habitants héroïques de Wuhan et de tout le Hubei ont mis le bien de tous devant leurs intérêts personnels, faisant de grands sacrifices pour la prévention et le contrôle de la COVID-19 et apportant une contribution importante pour soutenir la lutte mondiale contre l’épidémie. Outre la présentation des réalisations de Wuhan et du Hubei dans la lutte contre le virus, cette séance de promotion mondiale montrera également le nouveau paysage du développement économique et social global de Wuhan et du Hubei après la victoire sur l’épidémie, les nouvelles perspectives du développement de qualité du Hubei dans la mise en œuvre de nouveaux concepts de développement et les nouvelles mesures visant à accroître son ouverture sur l’extérieur, et créera un nouveau pont pour renforcer les échanges et la coopération entre le Hubei et divers pays du monde. Vous, en particulier les journalistes chinois et étrangers ici présents, serez les bienvenus pour y participer et couvrir l’événement. Le Département de l’Information du Ministère des Affaires étrangères publiera un avis à ce sujet, veuillez y faire attention.

Suggest To A Friend:   
Print